Aller au contenu principal

Le Covid-19 n'entame pas l'appétit de produits laitiers de la Chine

Les importations de produits laitiers chinois devraient se redresser, selon le cabinet Gira, fin 2020-début 2021.

« En 2019, les Chinois ont davantage consommé de produits laitiers (+5 %/2018, à environ 30 l/hab). Un appétit satisfait par une hausse des fabrications chinoises et des importations (+17 % à 10,7 milliards d'euros) », a rappelé Jean-Marc Chaumet, de l'Institut de l'élevage, lors des journées Marchés mondiaux de juin dernier. La production laitière devrait continuer d'augmenter en 2020, dans le sillage de la bonne année 2019. « Le Covid-19 a fragilisé les petites et moyennes exploitations laitières, et a conforté les grandes fermes dans lesquelles les transformateurs ont investi pour sécuriser leurs approvisionnements. »

Les fromages souffrent le plus des mesures de confinement

Pour les importations sur fin 2020 et début 2021, Christophe Lafougère, du cabinet Gira, a brossé des prévisions plutôt rassurantes. « Le Covid-19 a peu d'impact sur les importations de poudre de lait écrémé (-10 000 t prévues sur 2020) et nous tablons sur un retour à la normale début 2021. » En revanche, les fromages souffrent, notamment la mozzarella (1er fromage importé en volume), le cheddar et les fromages à valeur ajoutée, essentiellement utilisés par la restauration. « Le cream cheese (2e catégorie en volume), utilisé en consommation nomade, s'en sort mieux. En tout, environ 20 000 tonnes de moins seraient importées (-17 % d'importations), ce qui est peu, comparé aux échanges mondiaux. »

Attention à l'évolution pour les laits infantiles

Pour le beurre, il pourrait y avoir une hausse des importations sur l'ensemble de l'année. « La situation en beurre et crème est favorable aux exportateurs européens. » Par contre, attention pour les laits infantiles ! « Les grandes marques chinoises se sont renforcées pendant le confinement. Le gouvernement chinois veut que les transformateurs développent la production en Chine, et le nombre de naissances baisse depuis 2017 », a pointé Christophe Lafougère. 

Vers une consommation plus élevée... de yaourts

La hausse de la consommation de produits laitiers pourrait s'accentuer. Christophe Lafougère rapporte que « dans un sondage récent, pour améliorer l'équilibre de leur alimentation, les consommateurs répondaient en premier "boire du lait" ou "boire du yaourt". 43 % pensent augmenter leurs dépenses pour les produits laitiers ». Les recommandations nutritionnelles nationales incitent à manger davantage de produits laitiers, à 300 g équivalent lait par jour. « Seuls 20 % des consommateurs atteindraient ce niveau. Il y a donc une marge de progression », ajoute Jean-Marc Chaumet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière