Aller au contenu principal

Distributrices de fourrages
Le coût de distribution varie du simple au double

Le coût des distributrices de fourrage va de 37 euros/UGB pour un godet désileur de 1,5 m3 à 74 euros/UGB pour une mélangeuse. Chaque matériel a ses avantages et inconvénients.


« La remorque distributrice est économe. C´est le matériel de distribution de fourrages qui présente le meilleur rapport capacité/prix », a indiqué Christian Savary, de la Chambre d´agriculture de la Manche, au cours d´une journée organisée par le Contrôle laitier de la Manche.
« Mais comme les remorques distributrices ne mélangent pas, le nombre d´ingrédients entrant dans la ration préparée est limité et l´éleveur doit faire attention à incorporer les ingrédients de façon homogène. S´il met de la paille, il vaut mieux la hâcher préalablement et la répartir manuellement. Un autre inconvénient est l´absence de pesée sur beaucoup de machines. La pesée sur le chargeur commence à être utilisée. Ces contraintes d´utilisation n´empêchent pas des éleveurs performants (9-10 000 l de lait) de l´adopter, pour une raison de coût », ajoute le technicien.
©B. Compagnon


Le matériel polyvalent vieillit mal
« Les exploitations de taille moyenne (40-50 vaches laitières) recherchent plutôt du matériel polyvalent, désileuse-pailleuse ou désileuse-recycleuse. Mais attention, ces machines demandent de la puissance hydraulique. D´autre part elles vieillissent mal », rappelle Christian Savary.
« Dans les grandes exploitations, on voit de plus en plus deux machines distinctes : une pour pailler et une pour distribuer. L´investissement n´est pas forcément plus élevé. Comme il y a souvent plusieurs tracteurs sur l´exploitation, le problème de la disponibilité en tracteur ne se pose pas, et ce choix donne plus de souplesse dans le travail. J´ai vu certains éleveurs garder une vieille désileuse-pailleuse pour pailler et racheter un matériel de distribution », développe Christian Savary.
La comparaison des différentes sortes de mélangeuses ne fait pas apparaître de différences de coût. Par contre, les mélangeuses à 1 ou 2 vis horizontales sont connues pour être plus agressives vis-à-vis du maïs.

Le technicien souligne la simplicité des mélangeuses à pales, ce qui donne « de bonnes perspectives pour l´entretien et le vieillissement ». Par contre, celle-ci ne peuvent pas recevoir de balles entières, contrairement aux mélangeuses à vis horizontales et celles à vis verticale. Ces dernières présentent l´inconvénient d´être encombrantes, en largeur et en hauteur.
©Lucas G.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
« Winter is coming » et les laiteries tremblent avant d’avoir froid. En cause : la hausse du prix de l’énergie et son possible…
Sodiaal annonce des prix du lait en hausse
Le prix du lait conventionnel d'octobre est compris entre 428 et 443 € les mille litres selon les régions et leur saisonnalité du…
Sébastien Goutagny, Florent Cellier et Mickaël Rageys. « La méthanisation s’imbrique complètement dans notre système d’élevage. L’unité collective alimente en gaz 2 000 foyers et une station de bioGNV. »
« Sur notre exploitation laitière, c’est toujours l’économique qui guide nos choix »
Le Gaec de l’Envolée, dans le Rhône, a misé dès le début sur une stratégie volume en intégrant les conditions de travail et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière