Aller au contenu principal

Distributrices de fourrages
Le coût de distribution varie du simple au double

Le coût des distributrices de fourrage va de 37 euros/UGB pour un godet désileur de 1,5 m3 à 74 euros/UGB pour une mélangeuse. Chaque matériel a ses avantages et inconvénients.


« La remorque distributrice est économe. C´est le matériel de distribution de fourrages qui présente le meilleur rapport capacité/prix », a indiqué Christian Savary, de la Chambre d´agriculture de la Manche, au cours d´une journée organisée par le Contrôle laitier de la Manche.
« Mais comme les remorques distributrices ne mélangent pas, le nombre d´ingrédients entrant dans la ration préparée est limité et l´éleveur doit faire attention à incorporer les ingrédients de façon homogène. S´il met de la paille, il vaut mieux la hâcher préalablement et la répartir manuellement. Un autre inconvénient est l´absence de pesée sur beaucoup de machines. La pesée sur le chargeur commence à être utilisée. Ces contraintes d´utilisation n´empêchent pas des éleveurs performants (9-10 000 l de lait) de l´adopter, pour une raison de coût », ajoute le technicien.
©B. Compagnon


Le matériel polyvalent vieillit mal
« Les exploitations de taille moyenne (40-50 vaches laitières) recherchent plutôt du matériel polyvalent, désileuse-pailleuse ou désileuse-recycleuse. Mais attention, ces machines demandent de la puissance hydraulique. D´autre part elles vieillissent mal », rappelle Christian Savary.
« Dans les grandes exploitations, on voit de plus en plus deux machines distinctes : une pour pailler et une pour distribuer. L´investissement n´est pas forcément plus élevé. Comme il y a souvent plusieurs tracteurs sur l´exploitation, le problème de la disponibilité en tracteur ne se pose pas, et ce choix donne plus de souplesse dans le travail. J´ai vu certains éleveurs garder une vieille désileuse-pailleuse pour pailler et racheter un matériel de distribution », développe Christian Savary.
La comparaison des différentes sortes de mélangeuses ne fait pas apparaître de différences de coût. Par contre, les mélangeuses à 1 ou 2 vis horizontales sont connues pour être plus agressives vis-à-vis du maïs.

Le technicien souligne la simplicité des mélangeuses à pales, ce qui donne « de bonnes perspectives pour l´entretien et le vieillissement ». Par contre, celle-ci ne peuvent pas recevoir de balles entières, contrairement aux mélangeuses à vis horizontales et celles à vis verticale. Ces dernières présentent l´inconvénient d´être encombrantes, en largeur et en hauteur.
©Lucas G.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière