Aller au contenu principal
Font Size

Distributrices de fourrages
Le coût de distribution varie du simple au double

Le coût des distributrices de fourrage va de 37 euros/UGB pour un godet désileur de 1,5 m3 à 74 euros/UGB pour une mélangeuse. Chaque matériel a ses avantages et inconvénients.


« La remorque distributrice est économe. C´est le matériel de distribution de fourrages qui présente le meilleur rapport capacité/prix », a indiqué Christian Savary, de la Chambre d´agriculture de la Manche, au cours d´une journée organisée par le Contrôle laitier de la Manche.
« Mais comme les remorques distributrices ne mélangent pas, le nombre d´ingrédients entrant dans la ration préparée est limité et l´éleveur doit faire attention à incorporer les ingrédients de façon homogène. S´il met de la paille, il vaut mieux la hâcher préalablement et la répartir manuellement. Un autre inconvénient est l´absence de pesée sur beaucoup de machines. La pesée sur le chargeur commence à être utilisée. Ces contraintes d´utilisation n´empêchent pas des éleveurs performants (9-10 000 l de lait) de l´adopter, pour une raison de coût », ajoute le technicien.
©B. Compagnon


Le matériel polyvalent vieillit mal
« Les exploitations de taille moyenne (40-50 vaches laitières) recherchent plutôt du matériel polyvalent, désileuse-pailleuse ou désileuse-recycleuse. Mais attention, ces machines demandent de la puissance hydraulique. D´autre part elles vieillissent mal », rappelle Christian Savary.
« Dans les grandes exploitations, on voit de plus en plus deux machines distinctes : une pour pailler et une pour distribuer. L´investissement n´est pas forcément plus élevé. Comme il y a souvent plusieurs tracteurs sur l´exploitation, le problème de la disponibilité en tracteur ne se pose pas, et ce choix donne plus de souplesse dans le travail. J´ai vu certains éleveurs garder une vieille désileuse-pailleuse pour pailler et racheter un matériel de distribution », développe Christian Savary.
La comparaison des différentes sortes de mélangeuses ne fait pas apparaître de différences de coût. Par contre, les mélangeuses à 1 ou 2 vis horizontales sont connues pour être plus agressives vis-à-vis du maïs.

Le technicien souligne la simplicité des mélangeuses à pales, ce qui donne « de bonnes perspectives pour l´entretien et le vieillissement ». Par contre, celle-ci ne peuvent pas recevoir de balles entières, contrairement aux mélangeuses à vis horizontales et celles à vis verticale. Ces dernières présentent l´inconvénient d´être encombrantes, en largeur et en hauteur.
©Lucas G.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière