Aller au contenu principal

Elevage laitier
Le contrôle par l´éleveur bientôt possible

Le protocole B prévoit un contrôle des performances par l´éleveur, en garantissant la fiabilité des données.


Une partie des éleveurs souhaitent réaliser eux-mêmes le contrôle des performances de leurs animaux. Cela devrait être bientôt possible, sans dégrader la fiabilité des résultats, avec un nouveau protocole baptisé protocole B.
Ce protocole B est déjà officiel dans plusieurs pays : pays nordiques, Canada, Etats-Unis. Son agrément sera proposé en janvier 2005 à la Commission nationale d´amélioration génétique. Il a été expérimenté par les Organismes de contrôle laitier de trois départements : l´Ain, l´Ille-et-Vilaine et le Maine-et-Loire.
Avec ce protocole, l´éleveur est responsable des mêmes tâches que l´agent de pesée. Deux dispositifs permettent de garantir la fiabilité des données. Le premier est une formation des éleveurs : une demi-journée en salle, couplée à une assistance aux premières traites.
Demande d´agrément en janvier 2005
Le deuxième est un dispositif de suivi et de surveillance reposant sur trois types d´évaluations. Une évaluation continue par un tableau de bord composé d´indicateurs : respect du planning, respect des horaires, comparaison production/livraison, évolution entre contrôles. Ces indicateurs serviront d´alerte pour l´organisme de Contrôle laitier qui ciblera les élevages à suivre pour un problème particulier (qualité de la prise d´échantillons, erreur de repérage, soupçons de fraude.). Les autres évaluations reposent sur une « visite de surveillance » (permettant le contrôle des procédures, du matériel et du repérage des animaux), et sur un « contrôle du lendemain » réalisé par l´organisme de Contrôle laitier, 24 heures après le contrôle réalisé par l´éleveur.
Chaque organisme de contrôle laitier décidera de la mise en oeuvre de ce protocole, et de sa tarification en fonction des besoins et du contexte local.
Un autre chantier complexe est ouvert : celui de la récupération automatique des données issues des compteurs électroniques de ferme, comme c´est le cas pour les robots (Lely et AMS). Des contacts ont été pris par l´Institut de l´Elevage avec les Pays-Bas, le Danemark et l´Allemagne. D´autres chantiers ont avancé, notamment le lien automatique animal-production-échantillon, mais les compteurs permettant ce lien sont encore chers. Et la saisie en salle de traite sur ordinateur de poche ; un prototype est en test dans plusieurs organismes de contrôle laitier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière