Aller au contenu principal

Le brie de Meaux en débat sur le lait cru

Le cahier des charges du brie de Meaux est très léger. Il comprend la définition de l’aire géographique, le mode d’élaboration, les conditionnements possibles. La force de cette AOC repose sur l’utilisation exclusive du lait cru. Il n’y a aucune définition des modes de production. Le brie de Meaux est en réflexion pour faire évoluer son cahier des charges, notamment pour introduire des exigences sur le mode de production. Mais aujourd’hui, les discussions sont accaparées par le débat autour du lait cru, avec des partisans de la levée de l’obligation du lait cru, et les autres. Comme dans le camembert, ce sont les plus gros fabricants qui souhaiteraient assouplir le cahier des charges, invoquant les raisons sanitaires. Dépassé un certain volume, la maîtrise du lait cru est en effet plus difficile et plus coûteuse. « Nous n’avons pas de position tranchée, se défend Yannick Proust, responsable qualité de la fromagerie Renard Gillard. Il faudrait faire un audit pour voir si la filière AOC autorisant le lait thermisé serait viable pour tout le monde ou non. Jusqu’à présent, il est vrai que le brie de Meaux n’a jamais vécu de problème sanitaire. Mais la grande distribution fait pression. Depuis l’affaire du steak haché contaminé par des E. coli, elle nous demande des garanties. Si une nouvelle affaire éclate, la grande distribution risque d’interdire les bries au lait cru. Dans ce cas, nous serions obligés d’arrêter le brie (si l’AOC n’évolue pas) et de développer d’autres fromages ; ce serait très coûteux. »

UN AUDIT POUR TRANCHER

Luc Dongé, directeur commercial des fromageries Dongé (10 % des bries de Meaux), explique que « la fromagerie Dongé veut garder le lait cru obligatoire dans l’AOC, car le brie pasteurisé existe déjà sur le marché. Le lait cru est l’élément qui permet à l’AOC de se différencier du brie générique. Nos clients et l’administration soutiennent le lait cru ». Un débat qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui qui fait rage dans le camembert de Normandie…

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière