Aller au contenu principal

Le Brésil se dote d'une politique pour produire plus de lait de qualité

Avec une consommation en hausse de +3% par an depuis dix ans, le Brésil veut encore développer sa production laitière, en volume et en qualité.

Pour augmenter la production laitière, le levier principal visé est la hausse de la productivité animale.
Pour augmenter la production laitière, le levier principal visé est la hausse de la productivité animale.
© BTPL

En 2014, le Brésil était le 5e producteur mondial de lait, avec 35,6 milliards de litres de lait, quasi-exclusivement de vache. "La production laitière croît de 4% par an depuis ces quatre dernières années. En 2014, le Brésil est redevenu exportateur net de produits laitiers, après deux années de déficit commercial", précise Business France, agence française pour le développement international des entreprises.

Le Brésil veut encore développer la production laitière, pour au moins répondre à sa demande intérieure en hausse. "La consommation annuelle est de 172,6 litres par habitant, soit 20 litres de plus qu'en 2009 (l'OMS recommande 200 litres). Les projections estiment que la consommation devrait atteindre 227 l/hab. en 2024", chiffre Business France.

Atteindre 47 milliards de litres à l'horizon 2023

Le programme d'État "Mais Pecuaria" (Plus d'élevage) a pour objectif de passer à 47 milliards de litres de lait produits à horizon 2023, via la génétique et l'appui technique pour améliorer la productivité animale. L'autre objectif est que tout le lait capté par l'industrie réponde aux standards internationaux. La transformation laitière brésilienne est dominée par de grands groupes étrangers (Nestlé, Fonterra, Lactalis, Danone) et brésiliens (Vigor, Laticínios Bela Vista). En 2014, Parmalat, le bras brésilien de Lactalis, a acheté des actifs laitiers de groupes brésiliens. DPA Brasil, joint-venture entre Nestlé et Fonterra, reste numéro un au Brésil (source : Business France).

Le potentiel laitier du Brésil peut être limité par plusieurs facteurs, comme la concurrence des cultures et de la viande, et le fameux "coût Brésil", c'est-à-dire le coût logistique. Un nouveau frein pourrait être l'obligation réglementaire d'avoir une partie de ses surfaces agricoles, boisées. Ce taux de réserve naturelle varie en fonction de l'État. Reste à voir s'il sera effectivement appliqué...

Un programme d’appui à la productivité laitière

La Ministre Katia Abreu a annoncé le 20 mars 2015, de manière préliminaire, la mise en place d’un programme d’appui à la productivité laitière abordant les questions sanitaires (Fonds spécifiques pour l’indemnisation suite à la contamination par brucellose et tuberculose), de génétique, d’appui aux investissements (ligne de financement dédiée) et d’assistance technique (pour les producteurs, techniciens, transporteurs). Le programme ciblera les 5 Etats représentant 73 % de la collecte de lait du pays (Minas Gérais, Rio Grande do Sul, Paraná, Santa Catarina, Goiás). La stimulation de la consommation sera également un axe du programme ainsi que le renforcement de programmes gouvernementaux de redistribution de lait.

Source : Service Économique Régional de Brasília/ DG Trésor

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière