Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le bouclage électronique des veaux bientôt obligatoire

Tous les veaux nés à partir du 1<sup>er</sup> juillet 2017 devront être identifiés avec une boucle électronique. Le texte devrait être signé prochainement par le ministre de l’Agriculture.

L’identification électronique de l’ensemble des bovins sera obligatoire à partir du 1er janvier 2022, mais dès le 1er juillet prochain pour les identifications à la naissance. Le projet d’arrêté a reçu un avis favorable de la section spécialisée du Cnopsav (commission consultative organisée par la DGAL) le 17 novembre dernier A CONFIRMER ; il doit encore être validé par le Cnopsav plénier en décembre à la suite de quoi le ministre devrait signer le texte avant la fin de l’année. Les EDE, qui ont en charge l’identification, ont en tout cas été avertis dès le mois de septembre de façon à optimiser la gestion des stocks de boucles classiques et les commandes de boucles électroniques.

« Ce dossier est étroitement lié à celui de la dématérialisation des passeports bovins et de l’Asda », explique Christine Marlin, animatrice de l’association Spie (1). Il n’est en effet pas question pour l’aval de la filière de dématérialiser les formes papier des passeports et de l’Asda sans mettre parallèlement en place l’identification électronique des animaux. Les boucles électroniques faciliteront, pour les opérateurs de l’aval, la transmission des données à la plateforme informatique qui centralisera toutes les informations.

En lien avec la dématérialisation des passeports bovins et des Asda

L’ensemble des acteurs de la filière bovine ont donné fin septembre leur accord pour le déploiement de la dématérialisation après la phase de tests (2). Mais en le conditionnant à un financement. Le ministère a promis un accompagnement financier, mais les premières propositions sur la table début novembre étaient très inférieures aux besoins. Le coût du bouclage électronique est estimé pour la première année à 8 millions d’euros (1 € de surcoût par boucle + infrastructures à mettre en place) et à 33 millions sur les quatre ans (bouclage des veaux et débouclage/rebouclage des bovins de plus de quatre ans). Quant au coût de la dématérialisation, il est lui estimé à 15 millions d’euros.

« Les négociations concernant le financement risquent de retarder la décision du déploiement de la dématérialisation. » Au plus tôt, elle se mettra en place courant 2019, ce qui correspond au délai nécessaire pour qu’une grande partie des animaux passant entre les mains de l’aval (veaux, bovins destinés à l’engraissement) soient bouclés électroniquement.

(1) Système professionnel information élevage. Il rassemble ((l’ensemble d)) les acteurs de la filière bovine pour mettre en œuvre la dématérialisation.(2) Par 100 éleveurs, deux marchés aux bestiaux, sept centres de rassemblement et cinq abattoirs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière