Aller au contenu principal

Massif Central
Le bleu d´Auvergne révise son cahier des charges


Le syndicat de l´AOC bleu d´Auvergne (Sirba) a présenté récemment aux éleveurs le projet de nouveau cahier des charges. Fruit de plusieurs années de travail, la révision porte à la fois sur les conditions de production, les règles de fabrication et la délimitation de la zone. Les deux premiers chapitres sont en voie de finalisation et pourraient recevoir l´avis définitif de l´Inao (Institut national des appellations d´origine) courant 2007. Au niveau des conditions de production, le cahier des charges se rapproche de celui du cantal avec un renforcement de la part de l´herbe dans l´alimentation des vaches. Elle devra représenter au moins 70 % de la ration de base journalière et les vaches devront pâturer au minimum 140 jours. L´ensilage reste autorisé. A partir de 2010, chacune devra disposer d´au moins un hectare de surface fourragère. Les aliments OGM sont interdits. A compter de 2017, toutes les vaches, hormis pour les races à faible effectif, seront nées et élevées dans la zone AOC. Concernant la fabrication, les principales évolutions portent sur le salage (obligatoirement au sel sec) et sur la durée d´affinage qui est portée à 35 jours minimum, au lieu de quatre semaines actuellement.
Environ 6200 tonnes de bleu d´Auvergne sont produites chaque année par huit fabricants. ©Union du Cantal

Malgré ces avancées, le décret d´application n´est pas pour tout de suite car la délimitation de la zone reste en suspens. Une commission désignée par l´Inao devrait rendre ses propositions courant 2007. La zone couvre actuellement plus de 1100 communes sur sept départements, alors que la transformation est réalisée sur une aire beaucoup plus petite. L´Inao demande une réduction de zone afin de lui donner davantage de cohérence.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Florian Salmon. « La diversité des systèmes de production rend plus difficile l’investissement collectif en matériel. »  © F. Mechekour
« Je cible mes investissements sur l’atelier lait »
En Ille-et-Vilaine, Florian Salmon a misé sur des robots de traite, la délégation de la distribution de la ration des vaches, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière