Aller au contenu principal
Font Size

Le bleu d’Auvergne enfin valorisé comme les autres AOP

L’accord de filière signé en 2009 prévoyait que le lait transformé en bleu d’Auvergne serait valorisé au même niveau que les trois autres AOP régionales (cantal, fourme d’Ambert, saint-nectaire) lorsque le nouveau cahier des charges entrerait en vigueur. C’est chose faite depuis le 13 novembre dernier, date de publication du décret au JO européen. Après quelques semaines de négociations, émaillées de pressions syndicales, les cinq entreprises concernées (Sodiaal, Lactalis, Dischamp, Société fromagère du Livradois, Société laitière de Laqueuille) se sont engagées par écrit début janvier à respecter cet accord.

Jusqu’à présent, les producteurs percevaient une plus-value de 4 à 10 € /1000 l alors que le différentiel de prix des autres AOP par rapport au lait standard se situe entre 50 et 60 € selon les entreprises en 2017. Le taux de transformation du lait collecté sur la zone d’appellation devrait se situer autour de 20 à 25 %. La zone d’appellation chevauche celles des autres AOP et va même au-delà. Le cahier des charges du bleu est proche de celui du cantal, sauf sur l’obligation de pâturage, qui est de 150 jours par an au lieu de 120 jours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
En système herbager, afin de pouvoir valoriser les effluents sur le maximum de surface, il est recommandé de ne couvrir que les besoins en P et K et de compléter avec de l’azote minéral.
Comment valoriser les effluents en système herbager ?
Dans les exploitations avec beaucoup d’herbe, l’enjeu est de ne pas surfertiliser la petite part de cultures au détriment des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière