Aller au contenu principal

Le 0 % de Lactalis déçoit des producteurs

Lactalis a annoncé le minimum d’allocations provisoires, c’est-à-dire 0%. « Les éleveurs auront les 2 % de remboursement de pénalité. Auxquels s’ajoute la hausse de quota en dur de 2 %. Cela fait 4 % de volume en plus. Nous estimons que cette hausse de la production correspond au développement de nos marchés traditionnels. Nous n’en voulons pas plus pour faire du beurre et des poudres. C’est une logique de court terme. Nul ne sait comment seront les marchés à la fin de l’année. On ne veut pas refaire la même erreur qu’en 2007/2008 », développe Luc Morelon, de Lactalis.

Mais certains producteurs ne l’entendent pas de cette oreille. « J’aurais préféré avoir 5 % d’allocations, même payées à 288 euros, car je l’aurais produit à coût marginal. Cela m’aurait permis de faire de la trésorerie, ce qui est important pour se redresser suite à la crise. Je ne comprends pas pourquoi Lactalis n’a pas joué le jeu ; il y a pourtant des opportunités à saisir sur le marché mondial ! », tempête un éleveur en Mayenne.

« Lactalis a des sous réalisations, donc ils auraient pu donner un peu d’allocations ! Au lieu de ça, ils iront faire leurs courses ailleurs, où c’est moins cher ! Donc qu’ils ne critiquent pas le double prix double volume, ça revient au même, sauf qu’on n’en profite pas. Il aurait mieux valu faire bénéficier les producteurs dynamiques de la conjoncture actuelle », s’agace Jean Turmel, éleveur en Basse-Normandie.

« Ils vont se couvrir à 95 % de leurs besoins et acheter le surplus ailleurs. Eux, ils ne prennent pas de risques, pendant que nous, éleveurs, on en prend, en investissant pour être plus compétitifs. Ils restent confortablement sur leur créneau et n’investissent plus en France. Ils ne croient pas à la production en France », constate amer Yannick Fialip, éleveur en Auvergne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière