Aller au contenu principal

L’AVENIR LAITIER EN QUINZE QUESTIONS

Face à leur avenir, les éleveurs s’interrogent. Nous avons recensé quinze questions, parmi les plus fréquemment posées sur le terrain, en matière de politique laitière, de marchés et de stratégies. Huit experts y répondent.

© S. Roupnel

Fin programmée des quotas, volatilité du prix du lait et des grandes cultures, hausse des charges, restructuration des exploitations, agrandissement, etc : la planète laitière est en train de changer de visage. Cette révolution génère de nombreuses questions chez les éleveurs. Dans ce dossier, nous avons rassemblé une quinzaine de questions entendues ici ou là, et huit experts y ont répondu. La politique européenne se libéralise, avec l’annonce de la fin des quotas et de la plupart des autres outils de régulation de marché (restitutions à l’exportation, aides à l’écoulement, stockage privé…). Mais quel est le but poursuivi par la Commission européenne? La demande mondiale croît, mais quelles sont réellement les opportunités de débouchés pour l’Union européenne ? Quels seront les effets de cette libéralisation sur les exploitations, la répartition de la production sur le territoire, le prix du lait ?

La libéralisation ne rimera pas avec sécurité. Les experts prévoient plus de fluctuations de prix. Risque-t-on de connaître des prix cycliques comme en production porcine ? Quelles en seraient les conséquences ? Pour préserver la filière laitière française, l’interprofession (le Cniel) prépare un nouveau système de gestion de l’offre pour remplacer les quotas, qui reposerait sur une contractualisation entre les producteurs de lait et les transformateurs. Qu’entend-on par contractualisation ? Y a-t-il un risque d’aller vers une forme d’intégration ?

L’avenir des exploitations laitières dépendra du prix du lait, mais aussi du niveau des charges, de la rentabilité des autres productions agricoles, et des écarts de compétitivité entre les élevages français et ceux des pays voisins. La récente flambée des prix des matières premières et des autres intrants est-elle amenée à durer ? Dans les pays du nord de l’Europe, les exploitations s’agrandissent rapidement. Les élevages français leur ont emboîté le pas à un rythme moins soutenu, et avec des différences régionales importantes. Pour se préparer à affronter la tempête libérale et des prix bas, ils se regroupent, investissent pour s’agrandissement et améliorer leur productivité. L’agrandissement est-il incontournable en France ? Faut-il investir tout de suite ou attendre la fin des quotas ? D’une manière générale, quels sont les atouts des producteurs français par rapport aux producteurs du nord de l’Europe pour s’adapter à la libéralisation des marchés ? ■

SOMMAIRE DU DOSSIER

Retrouvez le dossier dans la revue...

Page 32 : Pourquoi la Commission veut-elle supprimer les quotas ?

Page 34 : Les aides directes vont-elles baisser ?

Page 35 : Pourquoi mettre en place une contractualisation producteurs-entreprises ?

Page 36 : Quels prix pour demain et quelles conséquences ?

Page 37 : Le prix du lait risque-t-il de devenir cyclique comme en production porcine ?

Page 40 : La restructuration des élevages va-t-elle se poursuivre ?

Page 41 : La production va-t-elle se concentrer dans certaines régions ?

Page 44 : Quels sont les atouts des producteurs français par rapport au nord de l’Europe ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière