Aller au contenu principal

«L’autonomie protéique s’acquiert par la voie fourragère»

Konrad Schreiber, chef de projet à l’Institut de l’agriculture durable, propose une voie singulière pour parvenir à l’autonomie alimentaire, en rupture avec les systèmes classiques.

KONRAD SCHREIBER, chef de projet à l’Institut
de l’agriculture durable et consultant Apad.
« Il faut d’abord raisonner en termes de
couverture des besoins en azote, et ensuite,
chercher à reconcentrer la ration en
énergie. »
KONRAD SCHREIBER, chef de projet à l’Institut
de l’agriculture durable et consultant Apad.
« Il faut d’abord raisonner en termes de
couverture des besoins en azote, et ensuite,
chercher à reconcentrer la ration en
énergie. »
© C. Pruilh

■ Est-il possible de parvenir à l’autonomie alimentaire en maintenant une bonne productivité animale ?

Konrad Schreiber - « Il est tout à fait possible de produire jusqu’à 8500 litres par vache sans acheter aucun complément protéique ni énergétique. L’expérience des élevages de l’Association pour l’agriculture durable (Apad) en témoigne. Mais cela suppose de faire évoluer les pratiques agricoles. Chez les ruminants, la recherche d’autonomie protéique doit passer par la voie fourragère. Chaque kilo de la ration de base doit être riche en matières azotées totales (MAT). Il faut d’abord raisonner en termes de couverture des besoins en azote puis, seulement ensuite, chercher à reconcentrer la ration en énergie. Autant dire que ce raisonnement bouscule les stratégies actuelles où le maïs ensilage constitue le pivot de la ration. »

■ Où trouver cette MAT fourragère ?

K. S. - « D’abord dans les prairies. Mais encore faut-il augmenter leur rendement. Il est inconcevable de produire moins de 10 tMS/ha avec une prairie assolée ! Passer d’un rendement de 5-8 tMS/ha à 10-12 tMS/ha, c’est possible à condition de choisir des espèces adaptées au contexte pédo-climatique local et d’adopter une meilleure conduite de l’herbe. Celle-ci doit reposer sur un pâturage intensif rationné, en pâturage tournant avec des temps de repos plus ou moins longs (20 à 50 jours) selon la pousse de l’herbe. Cette approche justifie de ramener le litrage produit à l’hectare plutôt qu’à la vache. Les meilleurs systèmes produisent 20 000 litres par hectare. »

■ Comment se raisonne le choix des espèces prairiales ?

K. S. - « Le défi est de trouver, dans chaque contexte particulier, la meilleure complémentarité entre graminées et légumineuses. Dans ces prairies multiespèces, toutes les légumineuses — luzerne et mélanges de trèfles en tête (trèfles violets, trèfles d’Alexandrie, trèfles incarnats…) — sont à l’honneur. La généralisation du RGA-TB au delà de certains secteurs frais et humides est une énorme erreur ! Cette association conduit à des systèmes herbagers peu productifs, incapables de résister ni aux chaleurs de fin de printemps ni à la sécheresse estivale. Le RGA ne pousse plus au-delà de 22 °C et ne possède pas un enracinement profond.

Pour viser un maximum de rendement, il ne faut pas hésiter à fertiliser, surtout les prairies fauchées qui exportent potasse, phosphore, calcium et oligoéléments, et raisonner les épandages d’effluents en fonction de la proportion d’éléments exportés. Et, autre point essentiel: la suppression du travail du sol. Elle s’impose pour maintenir un sol vivant et éviter les risques de lessivage. Lorsqu’une parcelle de luzerne est labourée, ce sont 1 000 kilos d’azote qui, en deux ans, se retrouvent dans les nappes ! »

■ Vous prônez aussi les méteils ?

K. S. - « Effectivement, les mélanges de céréales (20 %) et protéagineux (80 %) récoltés en ensilage contribuent aussi à augmenter la productivité fourragère, en misant sur la complémentarité des cycles de cultures. On peut par exemple pratiquer la double-culture en sursemant, chaque automne, dans une luzerne produisant l’été, un méteil qui pousse sur l’hiver et le printemps. À la clé, un meilleur rendement fourrager et plus de MAT. »

■ Et pour la partie énergie de la ration ?

K. S. - « Le maïs ensilage est obsolète pour viser l’autonomie alimentaire. Mieux vaut lui préférer le maïs grain humide sous forme de maïs épi ensilés, pour équilibrer la ration en énergie... et laisser la cellulose aux vers de terre. La structure et la qualité d’amidon du maïs sont plus adaptées. Et si le maïs est impossible, l’orge, riche en fibres, est préférable au blé dont l’amidon présente une digestion rapide. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière