Aller au contenu principal
Font Size

«L’automatisation en élevage laitier n’en est qu’à ses débuts»

Selon Stéphane Charles, ex-dirigeant de Lely(1) et expert auprès d’organismes officiels, l’automatisation devrait, dans les quinze prochaines années, gagner de multiples domaines. De nombreuses recherches sont en cours.

« LE FREIN PRINCIPAL
À L’AUTOMATISATION n’est
pas le coût ; c’est plus
un problème d’acceptation »,
affirme Stéphane Charles.
« LE FREIN PRINCIPAL
À L’AUTOMATISATION n’est
pas le coût ; c’est plus
un problème d’acceptation »,
affirme Stéphane Charles.
© D. Reserve

■ Vous affirmez que l’automatisation va se développer très vite dans les élevages. Pourquoi ?

Stéphane Charles - La production laitière française va augmenter de façon considérable parce que la demande sera forte, et la taille des élevages également. D’ici quinze ans, elle devrait en moyenne se situer autour d’un million de litres, j’en suis persuadé. L’automatisation permettra de produire ce volume de façon humainement viable - les éleveurs aspirent à mener une vie « normale », et de façon rentable - la main-d’oeuvre coûte cher.

Derrière l’automatisation, il y a un enjeu de compétitivité pour la France : l’automatisation est une chance pour repartir sur une base plus dynamique. Elle n’en est qu’à ses débuts. Je suis convaincu qu’à moyen et long terme, elle se développera dans de multiples domaines. D’autres solutions que les robots de traite commencent d’ailleurs à apparaitre. Tout va aller beaucoup plus vite compte tenu de l’expérience que les robots de traite ont permis d’accumuler: des progrès énormes ont été réalisés sur les capteurs, les logiciels peuvent être adaptés à de nouvelles problématiques…

■ Quels domaines vont être automatisés ?

S. T. - Les premiers robots d’alimentation sont apparus il y a deux -trois ans : ils vont se développer dans les élevages, dès 100 vaches. Énormément de solutions sont actuellement à l’étude. Ces robots feront demain beaucoup plus de choses. On s’oriente vers l’individualisation de l’alimentation pour tirer le meilleur parti de la génétique. Un des enjeux importants de ces robots sera la sécurité. Aujourd’hui, ils se déplacent sur des chemins très balisés, demain quand les machines iront se charger à un silo situé à 150 mètres, la sécurité devra être parfaite.

L’automatisation du nettoyage des logettes devrait être opérationnelle d’ici cinq ans. On devrait disposer également, au grand maximum dans 4-5 ans, de robots racleurs pour les sols pleins (ils existent pour les caillebotis). Il reste à régler quelques difficultés (patinage, sécurité, capteurs sur les chemins, intervention ou non du robot, perte d’énergie…).

D’ici une dizaine d’années, nous aurons certainement aussi des robots pour gérer le pâturage, même si la première tentative n’a pas été concluante. Les Australiens et les Néo-zélandais, pour qui l’enjeu est très important, y travaillent. Ces robots assureront la gestion des clôtures, l’observation de la pousse de l’herbe, la fréquentation des animaux, le repérage des zones où les vaches ne veulent pas pâturer, etc., et toutes ces données seront transmises et analysées par un ordinateur central.

Quant aux drones, ils sont déjà utilisés en grandes cultures ; il n’y a pas de raison pour qu’ils n’arrivent pas en élevage pour surveiller les vaches au pâturage ou dans les bâtiments.

L’automatisation se développera au niveau de la climatisation des bâtiments (comme en porcs), mais aussi pour la collecte du lait pour avoir un suivi très précis. Les transformateurs sont demandeurs. Des réflexions sont actuellement menées autour de la réfrigération, et sur une première transformation du lait à la ferme.

Tous les outils de détection des chaleurs, de surveillance de la santé et d’analyse du lait sont également appelés à se développer, ainsi que leur pilotage à distance, et le benchmarking (analyse comparative en continu).

■ Comment voyez-vous l’avenir de l’automatisation de la traite ?

S. T. - Aujourd’hui, le nombre de robots de traite installés en France se situe autour de 6 000 stalles pour 4 000 élevages, ce qui est très faible comparé au Danemark (près de 30 % d’élevages robotisés) ou aux Pays-Bas. Si on se base sur les ventes actuelles (1000 stalles par an) en tablant sur une augmentation des ventes de 10% tous les ans, l’automatisation de la traite devrait concerner 70-80 % des élevages dans quinze ans.

Les robots vont évoluer énormément. Ils vont être capables d’analyser de plus en plus de données. Il ne faut surtout pas se limiter à ce qui existe. Le champ d’investigation est loin d’avoir été complètement visité. On peut aller jusqu’à imaginer des robots qui fassent des injections, des inséminations ou posent des bolus; techniquement ce n’est pas impossible. Des recherches sont en cours sur des petits robots qui se déplacent pour aller traire: des brevets sont déjà déposés.

Les salles de traite automatisées vont aussi probablement se développer. Des recherches menées en Nouvelle-Zélande et en Israël laissent entrevoir des solutions plus simples et moins coûteuses que celles que l’on connaît aujourd’hui. Elles sont une solution intéressante pour les élevages de 300-400 vaches qui vont se développer en nombre assez important en France. Elles peuvent fonctionner trois fois par jour avec une personne qui surveille, en levant la contrainte de la pose des griffes. L’avantage par rapport au robot est de ne pas devoir être disponible 24 h sur 24 ; même si les alertes nocturnes sont très rares, elles sont une épée de Damoclès au-dessus de la tête des éleveurs.

■ Tout cela sera freiné par le coût ?

S. T. - Je ne pense pas que le coût soit réellement un problème. Soit l’automate trouve sa place dans le modèle économique de l’exploitation, soit il ne voit pas le jour : les recherches sont faites autour d’un cahier des charges. Si un robot racleur arrive sur le marché à 12-13- 15 000 euros, même s’il est un peu plus cher qu’un racleur à chaîne ou à cable, s’il évite des infrastructures, des dépenses en énergie…, il trouvera sa place.

Le principal frein est plus d’ordre psychologique : c’est plus un problème d’acceptation. On l’a vu avec le robot de traite : les débuts ont été difficiles. Mon inquiétude, c’est que peu d’entreprises françaises font des recherches sur l’automatisation. Le risque est pour notre compétitivité si l’automatisation arrive avec un temps de retard sur le marché français.

(1) Directeur général Lely France et membre du conseil d’administration Lely jusque fin 2013.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière