Aller au contenu principal

L’attractivité de la filière laitière au cœur des journées des coopératives laitières

Lors d’une conférence de presse organisée le 18 avril à l’occasion de leurs journées 2019, les coopératives laitières se sont inquiétées de la tournure que prennent les négociations commerciales sur les MDD. A l’ordre du jour de ces journées: le renouvellement des générations et l’attractivité des métiers,  deux enjeux prioritaires.

Alors qu’avec un marché plus équilibré, la filière laitière reprend des couleurs, les coopératives alertent sur la tournure que sont en train de prendre les négociations commerciales. « On était plutôt confiant, on passe à une phase où l’inquiétude domine. On n’est pas dans la même dynamique avec les MDD ((marques de distributeurs) ) qu’avec les marques nationales, a affirmé Damien Lacombe, président de coop de France métiers du lait,  le 18 avril à l’occasion des Journées des coopératives laitières. Des négociations repoussées à plus tard, une partie des opérateurs qui ne jouent pas du tout le jeu de la hausse…, les signaux négatifs sur les MDD s’accumulent. Pour les coopératives, les MDD représentent  60% des volumes de lait valorisés par les PGC (Produits de grande consommation) en France. Elles entendent rester « extrêmement vigilantes » sur les négociations MDD. Sur les marques nationales, l’observatoire des négociations commerciales constate en moyenne à une hausse des tarifs de +1,4% sur les produits laitiers (-0,4% sur l’ensemble des produits alimentaires).

Un litre sur deux aura changé de main dans les 5 ans
Les coopératives laitières ont mis à l’ordre du jour de leurs Journées 2019 deux enjeux prioritaires : le renouvellement des générations et l’attractivité des métiers. 42% des éleveurs laitiers ont plus de 50 ans. D’ici à cinq ans, un litre sur deux aura changé de main. Les coopératives installent chaque année environ 800 jeunes, ce qui représente 60% des installations dans la filière laitière. Toutes ont mis en place des dispositifs d’accompagnement (attribution de volume en moyenne de 190 000 litres, aide financière , accompagnement technique…). ‘Un jeune sur deux, dans notre enquête, se dit satisfait de l’accompagnement de sa coopérative ». Cette question du renouvellement des générations se pose aussi pour les instances de gouvernance. Côté transformation, la situation est aussi préoccupante : les coopératives  -comme l’industrie en général- ont du mal à recruter des salariés pour leurs usines. « Il faut communiquer davantage sur les atouts de la filière laitière française, on a une belle filière.»

Les coopératives laitières se sentent par ailleurs menacées dans leur fondement par l’ordonnance sur la coopération qui doit être votée la semaine prochaine. « Le projet d’ordonnance présenté fin février, en alignant la coopération sur le droit commercial, remet en cause le modèle coopératif, dénonce Damien Lacombe. Il traduit une incompréhension totale des coopératives agricoles et de tout ce qu’elles ont apporté au niveau du développement des exploitations, des territoires».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Florian Salmon. « La diversité des systèmes de production rend plus difficile l’investissement collectif en matériel. »  © F. Mechekour
« Je cible mes investissements sur l’atelier lait »
En Ille-et-Vilaine, Florian Salmon a misé sur des robots de traite, la délégation de la distribution de la ration des vaches, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière