Aller au contenu principal

L'assurance prairie attend l'enveloppe de subvention pour décoller

Pacifica propose et Groupama prépare une assurance socle prairie subventionnée.

L'assurance socle subventionnée par l'État ne prend en compte que les pertes de rendement, pas les pertes de qualité.
L'assurance socle subventionnée par l'État ne prend en compte que les pertes de rendement, pas les pertes de qualité.
© Soizick Héloury/L’Anjou agricole

Le fonds des calamités agricoles (FNGRA) déclenche une indemnisation pour les prairies à partir de 30% de pertes (en tMS/ha) et les exploitations perçoivent environ 28 à 30% du montant des dommages. Parallèlement, des assurances privées se sont mises en place, qui couvrent mieux le risque de perte de rendement. Les assurances privées ne sont intéressantes pour les éleveurs que si elles sont subventionnées par l'État.

L'assurance socle subventionnée par l'État ne prend en compte que les pertes de rendement, pas les pertes de qualité. Pour les prairies, le droit à subvention est calculé pour une franchise de 30%. La subvention couvre 65% de la prime d'assurance. Pour l'heure, l'enveloppe 2015 n'est pas encore connue. Plus elle sera importante, et plus le taux d'adhésion des éleveurs sera élevé.

Pacifica (Crédit agricole) a mis en marché dès fin 2012 un contrat de ce type pour les prairies. "En 2013, 224 exploitations avaient souscrit. Pour la campagne 2015, 450 exploitations se sont couvertes contre le risque de perte de rendement." Groupama a récemment annoncé une assurance socle disponible à la vente au printemps 2016 pour les prairies.

Différents contrats pour différents niveaux de couverture

Chez Pacifica, l'éleveur se positionne sur deux critères : la franchise, et le capital à assurer. "La franchise reflète la capacité d'auto assurance de l'éleveur, c'est-à-dire ses capacités de stockage de fourrage. En fonction de ses capacités, il peut choisir entre 10 et 50% de franchise. Le capital par hectare correspond à la valeur ou au coût de production du fourrage. Il sera plus élevé dans un système intensif (800-900 euros/ha), que dans un système extensif (500-600 euros/ha)." La cotisation moyenne, nette de subvention, est de 10-11 euros/ha. En cas de perte de rendement, l'indemnité versée permet d'acheter du fourrage à l'extérieur. "En 2013 et 2014, des années plutôt bien arrosées, les taux de perte n'ont pas été suffisants pour déclencher des remboursements."

Groupama, en plus de l'assurance socle avec franchise à 30%, propose aussi des contrats à garanties supérieures. Une troisième offre, proche des garanties de l'actuelle multirisques climatiques (pertes de qualité couvertes), non subventionnée, devrait être proposée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière