Aller au contenu principal
Font Size

L'association EDF rassemble des éleveurs qui vont de l'avant

Échanger pour progresser, tel est le leitmotiv du réseau European Dairy Farmers dont le congrès annuel s'est tenu en juin dernier au nord de l'Allemagne.

Le congrès EDF a permis d'aller à la découverte d'exploitations allemandes comptant entre 400 et 2200 vaches.
Le congrès EDF a permis d'aller à la découverte d'exploitations allemandes comptant entre 400 et 2200 vaches.
© DR

Ils étaient plus de 370 congressistes -- dont deux tiers d'éleveurs laitiers -- venus de 26 pays à assister au congrès annuel European Dairy Farmers, organisé les 24, 25 et 26 juin derniers à Rostock en Allemagne. Un record. La délégation française n'était pas en reste avec plus d'une trentaine d'éleveurs (1) issus des quatre coins de l'Hexagone. Tous sont venus découvrir la production laitière allemande, échanger sur leurs pratiques, et parler stratégie et après-quotas. « La curiosité et l'ouverture d'esprit sont les caractéristiques communes des éleveurs EDF, a rappelé Katrine Lecornu, présidente d'EDF en ouverture du congrès. Nous voulons partager nos bonnes et mauvaises expériences et échanger de manière constructive sur les challenges qui nous attendent et les difficultés que nous rencontrons pour mieux les surmonter. » Cette rencontre a donné l'opportunité à chacun d'être stimulé par des idées neuves et de confronter sa stratégie et ses projets. « EDF n'est pas un club pour les élevages VIP, poursuit-elle. Mais un club d'éleveurs tournés vers l'avenir. »

Le réseau EDF, c'est avant tout un état d'esprit

Les participants ont pu découvrir les exploitations allemandes à travers des exposés et des visites de fermes rassemblant 400 à 2 200 vaches. Au-delà de la taille des exploitations, les éleveurs français ont été frappés par l'esprit d'entreprendre des exploitants allemands. « Ils m'ont semblé beaucoup mieux parés que nous à l'après-2015. Même si le modèle développé n'est pas transposable chez nous, cela nous permet de prendre du recul par rapport à ce que nous faisons sur nos exploitations », commente l'un des participants.

Le congrès a aussi été l'occasion de découvrir les résultats de comparaison des coûts de production 2014 entre les pays et d'en tirer des enseignements pour les années à venir (voir l'article page 146). « Ce que j'apprécie c'est qu'on ne s'arrête pas au prix du lait pour approcher la rentabilité », avance un jeune éleveur qui assistait pour la première fois au congrès de l'association. Comment se projeter dans un monde laitier où la conjoncture est de plus en plus volatile ? Comment continuer à maîtriser les charges maîtrisables ? Comment être sûr de faire les bons choix ? Autant de questions sur lesquelles la richesse du réseau EDF a permis d'échanger. « Quelle que soit la taille de leur exploitation et d'où qu'ils viennent, les éleveurs restent des éleveurs », conclut Katrine Lecornu.

En 2016, ce sera au tour de la France d'accueillir le congrès annuel à La Baule en Loire-Atlantique les  28, 29, 30 juin.

 

(1) Le réseau EDF compte 60 adhérents français.

www.dairyfarmer.net

Voir aussi article Les élevages européens du réseau EDF comparent leur rentabilité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière