Aller au contenu principal

L'arrêt du lait fragilise les exploitations

Cerfrance Calvados a réalisé une simulation d'arrêt de la production laitière pour se spécialiser en grandes cultures. L'EBE baisse. La marge de sécurité peut rester satisfaisante si le contexte grandes cultures reste durablement favorable.

Les arrêts de gros quotas laitiers gagnent les régions laitières.
Les arrêts de gros quotas laitiers gagnent les régions laitières.
© C. Pruilh

«Et si j'arrêtais le lait ? » est la question du moment posée au conseiller de gestion. Les motivations sont souvent autres qu'économiques : résoudre un problème de maind'oeuvre suite au départ d'associés, s'exonérer de contraintes administratives (conditionnalité, directive nitrates...), lever l'astreinte journalière.

« Les structures qui projettent d'arrêter sont plutôt de grande taille. Elles ont une surface labourable suffisante pour se poser la question. Alors que jusqu'à présent les arrêts de gros quotas ne concernaient que les zones intermédiaires, ils touchent aujourd'hui aussi les bassins laitiers. En cause, un vrai décalage de rentabilité (revenu brut, revenu ramené au temps de travail, revenu ramené aux engagements financiers) entre les grandes cultures et le lait. Personne ne sait dire si cette situation sera durable ou non. Certains font le pari que oui », brosse Alain Le Boulanger, économiste au Cerfrance Normandie Maine.

Le fait qu'il n'y ait plus d'aide couplée à la production laitière, et que la volatilité du prix du lait et des intrants se soit renforcée, est défavorable au maintien du lait. Le lait a longtemps été synonyme de revenu régulier et stable. Ce n'est plus le cas.

Les gros arrêts gagnent les régions laitières


Le Cerfrance Calvados a réalisé une simulation sur deux cas types inspirés de cas réels. Pour ces deux exemples, la mise aux normes est remboursée et le niveau d'endettement est limité. « La situation financière de départ est en effet déterminante pour supporter la baisse d'EBE qui découle de l'arrêt de la production laitière », souligne Baptiste Fos, conseiller de gestion au Cerfance Calvados.
Le fait que la rentabilité de l'atelier lait soit moyenne dans les deux cas a également toute son importance. Et dans tous les cas, l'arrêt du lait est un pari sur de bons prix durables en grandes cultures, avec peu de mauvaises années.

Au vu des simulations, « il paraît plus facile d'arrêter le lait à l'approche de la retraite qu'au moment d'un départ d'associé, car il faut alors financer la reprise des parts sociales dans un contexte de baisse de l'EBE », conclut Baptiste Fos. Il met en garde : « La spécialisation fragilise l'exploitation face à un retournement des marchés grandes cultures. » Au-delà de l'analyse économique « c'est le contexte propre à chaque exploitation (familial, motivations, relations laiterie...) qui pèsera dans la décision finale. L'analyse doit donc se faire au cas par cas. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière