Aller au contenu principal

Industrie laitière
L´Armoricaine lance des yaourts aux oméga 3

L´Armoricaine laitière lance Perle d´Armor, un yaourt à boire, naturellement riche en oméga 3, qui va permettre à la coopérative de conforter sa valeur ajoutée.


Petite coopérative des Côtes-d´Armor, l´Armoricaine laitière a toujours basé son développement sur la recherche de valeur ajoutée. Fromages, lait ribot et autres produits frais ont permis de trouver des débouchés aux 37 millions de litres produits par 110 agriculteurs. « Perle d´Armor » vient compléter le panier. Ce yaourt à boire est naturellement riche en oméga 3, de « bons acides gras », grâce à la présence de lin dans l´alimentation des vaches. Les oméga 3 qu´absorbent les vaches soit par l´herbe, soit par un apport de graines de lin extrudées, se retrouvent dans le lait.
L´Armoricaine laitière commence à développer sa gamme de produits naturellement riches en Oméga 3 avec cinq éleveurs.©DR

Cinq éleveurs se lancent
Pour développer sa gamme Perle d´Armor, la laiterie bretonne a adhéré à l´association Bleu Blanc Coeur, qui organise et contrôle la filière du lin. Cinq agriculteurs ont adhéré à la démarche. D´autres pourraient rapidement les rejoindre. D´une part, car le segment de marché des laits fermentés santé augmente de 15 à 20 % par an et d´autre part, parce que les éleveurs sont intéressés par le lin dans l´alimentation de leur troupeau. Pour l´instant, la coopérative en est à la phase de lancement, et le lait des éleveurs engagés est rémunéré au même tarif que les autres producteurs.
Perle d´Armor contient un tiers de sucre de moins que les autres yaourts à boire et répond aux attentes de santé et de naturalité. De quoi séduire des adultes soucieux de leur bien-manger. « En parallèle des produits que nous transformons pour la grande distribution, nous souhaitions développer une marque propre, qui valorise notre savoir-faire sur les produits frais sur mesure et soit un véritable projet de filière coopérative », souligne Jean-Paul Linet, le directeur de l´Armoricaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière