Aller au contenu principal
Font Size

Anne Revol, en Gaec avec son mari dans la Drôme
« L'AOP Bleu du Vercors-Sassenage est porteuse pour la Villarde »

© L. Barruel

« Je suis installée avec mon mari à la Chapelle-en-Vercors. Nous transformons 60 000 litres de lait essentiellement en Bleu de Vercors-Sassenage. Cette activité nous permet de valoriser le litre de lait à 1,50 euro. Le cahier des charges de l’AOP a été modifié. Depuis janvier, il impose au minimum 3 % de Villardes dans les effectifs de chaque troupeau. C’est un bon début. Mais, avec seulement 430 femelles (50 au contrôle laitier), dont la moitié dans des troupeaux laitiers, l’effectif reste encore trop limité pour augmenter la proportion de Villardes dans le cahier des charges de l’AOP. Les génisses sont rares. Elles se vendent entre 200 et 300 euros à 15 jours. Elles sont réservées exclusivement aux élevages en AOP. Chez nous, à l’exception de deux Abondances et d’une Montbéliarde (les deux autres races autorisées), nos femelles (20 vaches et 15 génisses) sont de race Villard-de-Lans. Quand mon mari s’est installé en 1998, il a continué le travail de ses parents pour améliorer le rameau laitier de cette race mixte qui a failli disparaître dans les années 60. Chaque race à sa place dans son territoire. Je suis présidente de la section Villarde au sein de l’organisme de sélection des Races Alpines Réunies parce que je crois en cette race. Elle marche très bien. Elle ne produit pas beaucoup de lait - environ 3 000 l et jusqu’à 5 000 l pour les meilleures – mais son lait est adapté à la transformation fromagère. Il faut 30 litres de lait pour produire un fromage de 4 kg contre 35 litres pour les autres races. Il existe une très grande variabilité au niveau de la qualité des animaux. C’est pour cette raison que nous élevons beaucoup de génisses (4 à 5 par an). Mais quand on en a une très bonne, on peut la garder jusqu’à 18 ans. Nous utilisons cinq taureaux différents tous les ans parce que leurs performances sont peu connues.

(1) Dans les années 1970, le programme de sauvegarde de la race a permis de constituer un stock de 40 000 doses de semences issues de dix familles de taureaux. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière