Aller au contenu principal

Santé des bovins
Lancement d´un observatoire de la grande douve

Mieux connaître l´impact de la grande douve, y sensibiliser éleveurs et vétérinaires... C´est l´objectif de l´observatoire, reposant sur quatre experts et un réseau de 30 vétérinaires, qui vient de voir le jour.


La grande douve est sous-diagnostiquée. Or ce parasite peut avoir des conséquences graves sur la santé des animaux, et surtout dégrade les performances zootechniques de l´élevage. Il touche également l´homme : on constate en France au moins une centaine de cas chaque année(1). Fort de ce constat, le laboratoire Novartis a décidé de soutenir la mise en place d´un observatoire sur la grande douve, avec l´appui d´un comité de quatre experts spécialistes du parasitisme. Objectifs affichés : accroître la vigilance des vétérinaires et des éleveurs vis-à-vis de ce parasite et estimer sa prévalence (présence) au niveau national.
Une enquête dans 150 élevages
Outre le comité d´experts, l´observatoire s´appuie sur un réseau d´une trentaine de vétérinaires ruraux. Quinze zones ont été définies. Ces vétérinaires auront à la fois un rôle de relais d´information et un rôle d´investigation. Ils seront en effet les chevilles ouvrières d´une enquête qui sera réalisée cet hiver dans 150 élevages bovins. Des prises de sang et des coproscopies (analyse des fécès) individuelles seront effectuées sur ces 150 troupeaux courant décembre/janvier (sur un échantillon de dix primipares). « L´objectif de cette enquête est d´approcher au plus près la prévalence nationale », explique Alain Chauvin de l´Ecole nationale vétérinaire (ENV) de Nantes en soulignant qu´« à la différence des enquêtes qui ont été menées jusqu´à présent, les prélèvements seront effectués aussi dans des élevages où l´on ne suspecte pas de douve. »
Elle permettra également de comparer les deux méthodes de diagnostic (à partir du sang et des fécès) et de donner une clé d´interprétation des résultats d´analyse. Cette étude dans les élevages sera complétée par une enquête large en abattoir. « Les éleveurs et vétérinaires ont-ils toujours accès aux données d´abattoir ? », s´interrogent les experts.
Les résultats de ces investigations seront dévoilés aux prochaines journées techniques vétérinaires organisées par la SNGTV(2) en mai prochain. Puis elles seront diffusées régionalement et localement. Parallèlement, une campagne de communication publi-rédactionnelle sera orchestrée dans la presse élevage et vétérinaire.
Cet observatoire, destiné à être pérennisé, devrait améliorer les stratégies de prévention, avec une médicalisation « au bon moment et à la bonne dose sur les bons animaux », couplée à des mesures dites agronomiques. L´avenir de la lutte contre la grande douve passe, selon les experts, par une évaluation diagnostique régulière sur des lots d´animaux, pour une prescription « sur mesure » en fonction du parasitisme.
Une baisse des performances avec souvent peu de symptômes
Les formes cliniques de fasciolose sont rares. La grande douve provoque souvent des symptômes frustres qui n´interpellent pas l´éleveur. Mais les effets sur les performances des animaux sont importants : baisse de la fécondité (estimée à 20 %), augmentation des maladies néonatales (liée à une baisse de la qualité du colostrum), baisse de la production (8 à 20 %), baisse du taux protéique (3 points), retard de croissance. Ces effets négatifs sont dus à deux phénomènes : la migration des larves immatures dans le parenchyme hépatique provoquant de graves lésions, et la présence des adultes dans les canaux biliaires. Ce qui entraîne une véritable déviation du métabolisme par ces parasites.
Mise en garde
On n´est jamais à l´abri de la grande douve. Les ruminants (et les ragondins) sont les hôtes définitifs de ce parasite. Son hôte intermédiaire est un petit escargot, la limnée tronquée, qui vit dans l´eau : à partir d´un seul oeuf, il multiplie un grand nombre de métacercaires qui peuvent être emportés par les eaux, loin du lieu de contamination d´origine. Et la grande douve est présente même dansles régions sèches (dans les biotopes humides).


(1) Contamination en consommant du cresson.
(2) Société nationale des groupements techniques vétérinaires.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière