Aller au contenu principal
Font Size

Depuis les années 2000
L´Amazonie en passe de devenir le futur bassin laitier du Brésil

Une multitude de bassins laitiers se sont créés sur les fronts pionniers amazoniens, le long des routes ouvertes par le gouvernement dans la forêt.


La production laitière amazonienne a à peine une dizaine d´années. Les bassins laitiers traditionnels du Brésil se situent plutôt au sud du pays (Minas Gerais, Paraná). Mais « depuis les années 2000, une multitude de bassins laitiers se sont créés sur les fronts pionniers amazoniens - le long des routes ouvertes par le gouvernement dans la forêt », explique Nathalie Hostiou de l´Inra(1).
Ces bassins se sont installés autour de laiteries locales, voire régionales. Puis, pour satisfaire la demande régionale croissante, ces laiteries ont augmenté leurs capacités avant que de grands groupes laitiers nationaux ne s´implantent.
Un troupeau d´un petit bassin laitier enclavé ©Uruara. En quatre ans, la production laitière amazonienne a augmenté de 50 %. ©N. Hostiou

Autour de laiteries
Ainsi entre 1998 et 2002, 37 unités industrielles habilitées à expédier leurs produits dans tout le pays se sont installés dans le Pará. « Ce développement fulgurant de la transformation au cours des dernières années laisse présager un fort développement de la production laitière amazonienne dans les années à venir ». Surtout si l´on regarde ce qui s´est passé en viande bovine : en moins de dix ans le Brésil est devenu le second producteur mondial et le premier exportateur mondial.
Le lait est produit dans de « petites » exploitations familiales - d´une centaine d´hectares - avec la main-d´oeuvre de toute la famille. Il n´y a pas en Amazonie de très grandes exploitations laitières contrairement à celles qui existent en bovins allaitants (jusqu´à 40 000 hectares !).
Dans ces petites exploitations extensives, le lait est un sous-produit de l´élevage allaitant. Le veau, sevré tardivement à 9-12 mois, est considéré comme la production principale.

Un sous-produit de l´élevage allaitant
Le lait est devenu un moyen de consolider l´agriculture familiale pionnère qui s´est développée au début des années quatre vingt-dix avec de l´élevage allaitant et des cultures de poivre, café, et maïs. Il n´est arrivé sur les exploitations qu´à partir des années 2000, sans introduire beaucoup de changement dans les systèmes de production. « C´est devenu une source de revenu régulière et importante : le lait a doublé le revenu dans les exploitations que je suivais », constate Nathalie Hostiou.
Les troupeaux comptent entre 10 à 50 bovins (pour 5 à 30 vaches), les plus grands pouvant aller jusqu´à une centaine de têtes. Ils sont conduits toute l´année sur des prairies qui sont implantées sur la forêt après la coupe, le brulis des arbres et le semis de graminées tropicales ou légumineuses. Le chargement est très faible, moins d´un animal par hectare. Les vaches sont traites avec le veau au pis et produisent très peu, trois à quatre litres de lait par jour. Les coûts de production sont très bas (0,03 à 0,04 US$/litre) du fait d´un bas prix de la terre et d´un système reposant quasi exclusivement sur le pâturage.

Des scénarios d´évolution différents
Autre atout de l´Amazonie par rapport aux autres bassins laitiers : la régularité annuelle de sa production liée au climat tropical humide. Dans certaines régions, les laiteries-fromageries commencent à offrir divers services comme l´achat de reproducteurs, d´intrants. C´est le cas du Redençao dans le sud du Pará, un bassin laitier industriel en pleine expansion. « On devrait assister à une intensification progressive de la gestion fourragère et de la production laitière avec des niveaux de production autour de 3000-4500 litres par vache. » Mais les scénarios d´évolution des bassins laitiers sont très différents selon les régions. Comment va évoluer l´élevage laitier amazonien ? Restera-t-il familial, complémentaire de l´élevage allaitant ? On ne sait pas.
Ce qui semble acquis pour Nathalie Hostiou, c´est que « l´Amazonie est en passe de devenir le futur bassin laitier au Brésil ».


(1) Nathalie Hostiou a étudié pendant huit ans l´agriculture familiale amazonienne dans le cadre d´un programme de coopération du Cirad et des universités brésiliennes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière