Aller au contenu principal
Font Size

L’Allemagne opte pour la convergence totale des aides en 2019

Les exploitations de grande taille échappent pour leur part à
la dégressivité des aides qui les inquiétait au plus haut point.
Les exploitations de grande taille échappent pour leur part à
la dégressivité des aides qui les inquiétait au plus haut point.
© C. Reibel

Les seize länder allemands ont signé un compromis sur la répartition des 6,2 milliards d’euros d’aides de la nouvelle PAC. Des ajustements sont prévus dès 2014. Les plus emblématiques sont les surprimes de 50 €/ha aux trente premiers hectares et les 30 €/ha aux seize hectares suivants. Cette mesure satisfait l’exploitation moyenne allemande qui dispose de… 46 hectares, mais à 1980 € maximum supplémentaires par ferme, son montant est jugé négligeable pour freiner la restructuration. Les exploitations de grande taille échappent pour leur part à la dégressivité des aides qui les inquiétait au plus haut point. Les länder ont aussi décidé du transfert de 4,5 % des aides vers le second pilier. Cet argent financera le bio, les zones défavorisés, la production extensive. Ils donnent un coup de pouce sous la forme d’une surprime de 50 €/ha jusqu’à 90 hectares, aux agriculteurs de moins de 40 ans ayant repris l’exploitation depuis moins de cinq ans.
En 2015, l’Allemagne remettra à plat le calcul de ses aides avec l’objectif d’une convergence progressive de 100 % en 2019. Cette année-là, la prime unique doit se monter à 258 €/ha (173 € de prime de base et 85 € au titre du verdissement).
Les aides aux premiers hectares et aux JA s’ajouteront le cas échéant à cette somme.


Des surprimes aux premiers hectares dès 2014


Au terme de la réforme, les exploitants pourront avoir perdu jusqu’à 15 % de leurs DPU 2013 qui s’élevaient, selon le land, entre 296 € et 366 €/ha. Les droits à prime deviendront négociables sur l’ensemble du territoire. Sur le terrain, le verdissement est la mesure la plus controversée par des exploitants soumis à la rareté du foncier et à la demande en maïs ensilage qui approvisionne la majorité des quelque 7500 méthaniseurs allemands. Selon le Landvolk (antenne du DBV) en Basse-Saxe, le risque est que les agriculteurs les plus sous pression n’échappent à ces contraintes en créant des structures juridiques foncières indépendantes qui ne percevraient pas d’aides européennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière