Aller au contenu principal

L’Allemagne opte pour la convergence totale des aides en 2019

Les exploitations de grande taille échappent pour leur part à
la dégressivité des aides qui les inquiétait au plus haut point.
Les exploitations de grande taille échappent pour leur part à
la dégressivité des aides qui les inquiétait au plus haut point.
© C. Reibel

Les seize länder allemands ont signé un compromis sur la répartition des 6,2 milliards d’euros d’aides de la nouvelle PAC. Des ajustements sont prévus dès 2014. Les plus emblématiques sont les surprimes de 50 €/ha aux trente premiers hectares et les 30 €/ha aux seize hectares suivants. Cette mesure satisfait l’exploitation moyenne allemande qui dispose de… 46 hectares, mais à 1980 € maximum supplémentaires par ferme, son montant est jugé négligeable pour freiner la restructuration. Les exploitations de grande taille échappent pour leur part à la dégressivité des aides qui les inquiétait au plus haut point. Les länder ont aussi décidé du transfert de 4,5 % des aides vers le second pilier. Cet argent financera le bio, les zones défavorisés, la production extensive. Ils donnent un coup de pouce sous la forme d’une surprime de 50 €/ha jusqu’à 90 hectares, aux agriculteurs de moins de 40 ans ayant repris l’exploitation depuis moins de cinq ans.
En 2015, l’Allemagne remettra à plat le calcul de ses aides avec l’objectif d’une convergence progressive de 100 % en 2019. Cette année-là, la prime unique doit se monter à 258 €/ha (173 € de prime de base et 85 € au titre du verdissement).
Les aides aux premiers hectares et aux JA s’ajouteront le cas échéant à cette somme.


Des surprimes aux premiers hectares dès 2014


Au terme de la réforme, les exploitants pourront avoir perdu jusqu’à 15 % de leurs DPU 2013 qui s’élevaient, selon le land, entre 296 € et 366 €/ha. Les droits à prime deviendront négociables sur l’ensemble du territoire. Sur le terrain, le verdissement est la mesure la plus controversée par des exploitants soumis à la rareté du foncier et à la demande en maïs ensilage qui approvisionne la majorité des quelque 7500 méthaniseurs allemands. Selon le Landvolk (antenne du DBV) en Basse-Saxe, le risque est que les agriculteurs les plus sous pression n’échappent à ces contraintes en créant des structures juridiques foncières indépendantes qui ne percevraient pas d’aides européennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière