Aller au contenu principal

L’alimentation animale à l’heure du développement durable

La démarche Duralim a pour ambition de créer de la valeur ajoutée pour la ferme France. Les éleveurs sont, eux aussi, invités à s’y engager.

Agissons ensemble pour une alimentation durable des animaux d’élevage » : c’est le but que se sont fixé les premiers signataires de la charte Duralim : fabricants d’aliments (Snia, Coop de France), céréaliers (AGPB, AGPM), filières oléoprotéagineuses (Avril, Terres Univia), négoce (FNA), un distributeur (Carrefour)… En tout, une vingtaine d’entreprises ou de fédérations qui espèrent être rejointes, le plus vite possible, par un maximum de partenaires. Leur préoccupation commune : « apporter à la société la garantie que les matières premières utilisées en alimentation animale sont produites dans le respect de critères environnementaux, sociaux et économiques » et, partant, créer de la valeur pour la ferme France.

Cinq axes de valorisation et quatre axes de progrès

Pour bâtir la charte d’engagements Duralim, la filière a travaillé avec des organisations de consommateurs ou non gouvernementales. Une douzaine de réunions ont permis de définir cinq « axes de valorisation » (qualité et sécurité sanitaire des aliments, bonnes pratiques professionnelles, origine France, lutte contre le gaspillage, produits issus des filières animales françaises) et quatre « axes de progrès » (connaissance des conditions de production des matières premières dans leur pays d’origine, approvisionnement durable en protéines végétales, connaissance de l’empreinte environnementale, agriculture de précision et bio-contrôle). Le soja, produit dans des conditions parfois controversées en Amérique du Sud, et qui entre par millions de tonnes en France, est dans toutes les têtes.

L’adhésion à la charte implique d’engager des « actions concrètes pour au minimum deux axes de valorisation et deux axes de progrès », à faire un reporting annuel et à payer une cotisation de 15 euros par an (tarif agriculteur). En contrepartie, Duralim pourra valoriser les actions mises en place par les signataires sur son site internet (1). Un plus en termes de notoriété, voire de débouchés ou de prix, qui n’a pas échappé à Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL. Elle ne risque cependant aucun pronostic sur le nombre d’éleveurs qui rejoindront Duralim. Côté fabricants d’aliments, Alain Guillaume, président sortant du Snia, table sur un quart des entreprises engagées d’ici un an. « C’est le début d’une longue histoire », veut croire Jean-Luc Cade, président de Coop de France Nutrition Animale. Le plus important, selon lui : « mettre les gens en mouvement ».

www.duralim.org
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière