Aller au contenu principal

L’ajout d’eau au pré a dégradé la fréquentation du robot

La localisation des points d'eau, au pré ou au bâtiment, n'a pas joué sur la consommation d'eau des laitières.
© E. BIgnon

La ferme expérimentale de Derval en Loire-Atlantique combine depuis 2009 robot de traite saturé (une stalle pour 72 vaches) et pâturage. La structure associe un système de circulation guidé inversé avec présélection (deux portes de tri) et un pâturage tournant simplifié. Vingt-huit hectares de prairies de RGA-TB divisés en trois parcelles sont accessibles aux vaches avec un seul chemin pour y accéder. D’habitude, il n’y a aucun point d’eau dans les parcelles pour favoriser le retour des laitières au bâtiment et donc la fréquentation du robot. La nuit, les vaches quittent la stabulation une à une après chaque traite et sont maintenues au pré de 21 à 8 heures. Le jour, elles peuvent aller et venir librement de la parcelle au bâtiment de 8 à 18 heures. Elles disposent de maïs ensilage à l’auge (5 à 12 kg MS/vache selon la pousse de l'herbe). Chaque jour à 18 heures, un vacher effectue systématiquement un retour du troupeau. « Ce système fonctionne bien, mais il est vrai que certaines vaches en fin de lactation, peuvent rester près de 21 heures sans boire », concède Bruno Le Danois de la ferme de Derval.

L’absence d’eau dans les parcelles améliore le retour des vaches à Derval

En 2015, la ferme a testé pendant un mois l’ajout d’eau au pâturage. « Chez nous, cette pratique a pénalisé la fréquentation du robot. De 10 à 17 heures, nous avons perdu en moyenne deux traites par heure, soit l’équivalent de 14 traites par jour. » L’augmentation de la fréquentation du robot après le retour forcé des vaches en bâtiment à 18 heures n’a pas permis de compenser le trou de fréquentation de milieu de journée. « Au final, la production a légèrement baissé avec la présence d’eau dans les parcelles, mais rien de dramatique (-1 kg/j/VL), précise Thomas Huneau, en charge de l’essai. Les productions se seraient peut être dégradées davantage si nous avions maintenu l’eau au pâturage plus longtemps. En revanche, un point négatif nous a fortement poussés à retirer l’eau des parcelles. Le soir, il y avait énormément de vaches en retard et nous passions beaucoup de temps pour les faire passer en priorité au robot. »

Notons aussi que les mesures réalisées avec des compteurs à eau n’ont pas montré de différence de consommation quelle que soit la localisation des points d’eau. Dans les deux cas, 68 litres d’eau ont été consommés par vache et par jour au total. Lorsque l’eau était présente dans les parcelles, 33 litres ont été consommés en bâtiment et 35 litres au pré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
[Contenu Partenaire] Fullwood Packo : 200 vaches, 10 postes de traite et toutes les options
Pour ses 190 à 220 vaches à la traite, le Gaec des Cariolets (44) a opté pour une salle de traite QR 2 x 10 Fullwood Packo. Un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière