Aller au contenu principal

Laiterie Saint Denis de l'Hôtel: un élan collectif de solidarité pour les banques alimentaires

Pour lancer le Lait du Cœur, le groupe LSDH s’est associé à ses producteurs de lait, ses organisations de producteurs , ses partenaires , ses fournisseurs d’emballages et ses 22 transporteurs . Conditionnés dans un emballage dédié, 1 million de litres seront livrés début janvier.

Lancé à l’initiative de la Laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH), il n’aura fallu que quelques jours pour que ce projet de solidarité collective prenne forme. « Le projet est simple : fournir 1 million de litres de lait aux plus démunis via les Banques Alimentaires avec une participation collective », explique le groupe LSDH dans un communiqué le 14 décembre. Le groupe s’est associé à ses producteurs de lait, ses organisations de producteurs (1), ses partenaires (2), ses 3 fournisseurs d’emballages et ses 22 transporteurs pour lancer le Lait du Cœur. Chacun a mis la main à la pâte, en fonction de son métier. « Le point commun de tous: la conviction profonde que la solidarité, le respect de la liberté et de la diversité constituent le fondement même du vivre ensemble dans notre société », souligne le groupe LSDH.

Un million de litres pour les plus démunis

« Le lait LSDH nous a permis depuis plusieurs années déjà d’améliorer la valorisation du travail des producteurs grâce à une montée en gamme de notre lait. Cela est en partie dû à nos laits équitables tels que « C’est Qui Le Patron ?! » et le lait Auchan, mais aussi à l’ensemble du mur de briques que nous avons bâti ensemble depuis quatre ans. Toutes ces démarches sont aujourd’hui possibles parce que les consommateurs y ont adhéré en masse. Nous estimons que c’est à notre tour d’aider des personnes dans le besoin, en faisant un don de lait, à hauteur des moyens de chaque producteur, individuellement !,  témoigne Olivier Legrand, président de la section LSDH-APLBC. L’APLBC va acheter environ 100 000 litres de lait pour pouvoir le redonner aux banques alimentaires. »

Collecté dans sept régions (2), ce lait sera conditionné fin décembre dans un emballage dédié sur l’usine de Varennes-sur-Fouzon (36) et sur celle de Saint-Denis-De-l’Hôtel (45). Il sera livré début janvier 2021 auprès de l’ensemble du réseau des Banques Alimentaires.

  1. L’APLBC (Association des producteurs de lait du Bassin Centre), la coopérative Bresse-Val de Saône, Landemont,
  2. Cant’Avey’Lot, C’est qui le patron ?!, FairFrance, le lait des 3 fermes de France.
  3. Centre-Val de Loire , Auvergne-Rhône-Alpes, Pays de la Loire, Normandie, Nouvelle-Aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté, Ile-de-France.

Lire aussi:LSDH: Les laits différenciés apportent de la valeur ajoutée

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière