Aller au contenu principal
Font Size

Laïta annonce un plan de valorisation des protéines de 80 millions d'euros

Ingrédients secs. La coopérative de l'Ouest se lance seule dans un projet global destiné notamment à l'export sur le marché asiatique.

Le projet prévoit  entre autres la construction sur le site de Créhen d'une tour de séchage mixte de 30 000 tonnes (35 ME), d'une unité de déminéralisation  du lactosérum et d'une unité de conditionnement pour le lait infantile.
Le projet prévoit entre autres la construction sur le site de Créhen d'une tour de séchage mixte de 30 000 tonnes (35 ME), d'une unité de déminéralisation du lactosérum et d'une unité de conditionnement pour le lait infantile.
© Laïta

Le projet de Laïta ne se limite pas à un projet de poudre de lait infantile. C'est un plan global de valorisation des protéines, avec la montée en gamme d'outils existants et la réalisation de nouveaux investissements, qui a été annoncé par la coopérative le 20 mai dernier. Il devrait lui donner la capacité de traiter les valeurs de lait supplémentaires souhaités par les adhérents d'ici 2020 (estimés à +14 %). L'ensemble des outils devraient être opérationnels fin 2016-début 2017 (voir aussi l'article p. 90) Le projet, qui se chiffre à 80 millions d'euros, prévoit:

Une tour de séchage mixte infantile de 30000 tonnes ainsi qu'une unité de conditionnement boîtes pour le lait infantile. « La tour permettra de produire de la poudre « premium » avec un très haut niveau de sécurité alimentaire et de la poudre de lait infantile. Nous pourrons arbitrer entre les deux en fonction des marchés, (la quantité de poudre infantile étant limitée à 18000 t par l'unité de conditionnement) », souligne Christian Griner, directeur général adjoint de Laïta.

Un complexe global de déminéralisation des lactosérums (à terme 14 000 tonnes de lactosérum déminéralisé à 90 %) sur Landerneau et Créhen. « Il servira à notre propre approvisionnement et à celui d'acteurs régionaux sous forme concentrée ». La première phase (7500 t - Landerneau) devrait être opérationnelle en juin 2015.

Des investissements pour poursuivre le développement des poudres de lait fermentées (utilisée dans les crèmes glacées, les sauces, les garnitures chocolats et patisseries) sur la tour d'Ancenis (7 à 8000 t).

En interface, un ensemble d'optimisation de séparation des protéines (230000 litres par jour), base du cracking du lait qui alimentera soit les fromageries soit les tours.

« Jusqu'à présent nous ne faisions pas de lactosérum déminéralisé; nous estimons qu'à partir du moment où nous produisons de l'emmental et donc du lactosérum doux nous devons y aller, commente Christian Griner. Nous devons aussi demain être présent sur la poudre de lait « premium », pour pouvoir répondre au haut niveau d'hygiène et sécurité exigé pour la poudre infantile: la demande est énorme. Nous avons par ailleurs un savoirfaire dans les poudres de lait fermentées que nous devons valoriser. La performance économique de Laïta passe par la valorisation de l'ensemble de ses fractions laitières. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière