Aller au contenu principal

Laïta annonce un plan de valorisation des protéines de 80 millions d'euros

Ingrédients secs. La coopérative de l'Ouest se lance seule dans un projet global destiné notamment à l'export sur le marché asiatique.

Le projet prévoit  entre autres la construction sur le site de Créhen d'une tour de séchage mixte de 30 000 tonnes (35 ME), d'une unité de déminéralisation  du lactosérum et d'une unité de conditionnement pour le lait infantile.
Le projet prévoit entre autres la construction sur le site de Créhen d'une tour de séchage mixte de 30 000 tonnes (35 ME), d'une unité de déminéralisation du lactosérum et d'une unité de conditionnement pour le lait infantile.
© Laïta

Le projet de Laïta ne se limite pas à un projet de poudre de lait infantile. C'est un plan global de valorisation des protéines, avec la montée en gamme d'outils existants et la réalisation de nouveaux investissements, qui a été annoncé par la coopérative le 20 mai dernier. Il devrait lui donner la capacité de traiter les valeurs de lait supplémentaires souhaités par les adhérents d'ici 2020 (estimés à +14 %). L'ensemble des outils devraient être opérationnels fin 2016-début 2017 (voir aussi l'article p. 90) Le projet, qui se chiffre à 80 millions d'euros, prévoit:

Une tour de séchage mixte infantile de 30000 tonnes ainsi qu'une unité de conditionnement boîtes pour le lait infantile. « La tour permettra de produire de la poudre « premium » avec un très haut niveau de sécurité alimentaire et de la poudre de lait infantile. Nous pourrons arbitrer entre les deux en fonction des marchés, (la quantité de poudre infantile étant limitée à 18000 t par l'unité de conditionnement) », souligne Christian Griner, directeur général adjoint de Laïta.

Un complexe global de déminéralisation des lactosérums (à terme 14 000 tonnes de lactosérum déminéralisé à 90 %) sur Landerneau et Créhen. « Il servira à notre propre approvisionnement et à celui d'acteurs régionaux sous forme concentrée ». La première phase (7500 t - Landerneau) devrait être opérationnelle en juin 2015.

Des investissements pour poursuivre le développement des poudres de lait fermentées (utilisée dans les crèmes glacées, les sauces, les garnitures chocolats et patisseries) sur la tour d'Ancenis (7 à 8000 t).

En interface, un ensemble d'optimisation de séparation des protéines (230000 litres par jour), base du cracking du lait qui alimentera soit les fromageries soit les tours.

« Jusqu'à présent nous ne faisions pas de lactosérum déminéralisé; nous estimons qu'à partir du moment où nous produisons de l'emmental et donc du lactosérum doux nous devons y aller, commente Christian Griner. Nous devons aussi demain être présent sur la poudre de lait « premium », pour pouvoir répondre au haut niveau d'hygiène et sécurité exigé pour la poudre infantile: la demande est énorme. Nous avons par ailleurs un savoirfaire dans les poudres de lait fermentées que nous devons valoriser. La performance économique de Laïta passe par la valorisation de l'ensemble de ses fractions laitières. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière