Aller au contenu principal

Lait : Bien choisir son outil de gestion de troupeau

Breeder, Pilot’Elevage, iCownect, Troup’o, Coach’lait… De nombreux outils de gestion de troupeau sont disponibles sur le marché. Mais comment choisir ? Sur quels critères faut-il les comparer ?

© E. Bignon

« Chaque outil dispose de spécificités, indique Martial Chesnais, du Ceta 35. C’est pourquoi la première chose est de savoir de quelles fonctionnalités on a réellement besoin et quelles utilisations on veut en faire exactement. » Le but d’un outil de gestion de troupeau est de permettre de faire un suivi journalier du troupeau pour organiser sa journée ou sa semaine, voir où en est telle ou telle vache au niveau de la repro, faire changer les animaux de lots, déclarer facilement les évènements… « Dès lors que l'outil sert au suivi sanitaire, il devient un réel élément d'aide à la décision et un vecteur de gain technico-économique. »

Globalement, tous les outils proposent les mêmes fonctionnalités de base : mouvements d’animaux, suivi de repro, suivi de production, suivi sanitaire. « La différence va se faire sur l’ergonomie et la lisibilité des informations, et surtout sur la manière dont s’effectue le flux de données. » Toutes les informations (déclarations, mouvements, analyses de lait, reproduction) vont vers les outils de gestion de troupeau, mais toutes les données rentrées dans l’outil peuvent-elles remonter vers d’autres bases de données ? Est-il possible de renseigner directement toutes les infos sur l’outil de gestion de troupeau ou faut-il forcément repasser par une autre plateforme ? Des questions importantes à se poser avant de choisir l’outil le plus adapté.

 

Lire aussi [Logiciel de gestion de troupeau] « J'ai choisi des outils interconnectés pour me simplifier la vie »

Pour en savoir plus

Depuis plus d'un an, le groupe #Ceta'Geekulteurs a été mis en place au sein du Ceta 35 dans l'idée de faire le point sur les outils numériques existant dans le monde agricole. "Quand on met le nez dedans, on a de quoi être déboussolé !, témoignent les éleveurs du groupe. Le fait de partager nos expériences nous a permis d'y voir plus clair." Le travail mené permet d'avoir les clés pour choisir l'outil le plus adapté aux besoins de chacun.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière