Aller au contenu principal

Etude des chambres d´agriculture
L´agriculture chinoise saura-t-elle s´adapter ?

Les capacités de la Chine à répondre à son défi alimentaire ne sont pas à sous-estimer.


L´évolution rapide de l´économie chinoise soulève la question du devenir du secteur agricole chinois. La Chine va-t-elle abandonner son agriculture au profit de son industrie, et par conséquent continuer à augmenter ses importations agroalimentaires ? Ou au contraire, va-t-elle tenter de préserver son secteur agricole, afin de satisfaire son désir d´autosuffisance ? s´interroge la revue Chambres d´agriculture qui vient de publier un dossier sur les mutations de l´agriculture chinoise.
Celle-ci se heurte à la rareté des terres destinées aux grandes cultures, à la baisse des surfaces agricoles disponibles, aux problèmes environnementaux et en eau. La Chine affiche un déficit croissant pour les produits agricoles et présente un solde agroalimentaire déficitaire depuis 2003. Mais, par une politique agricole très active, elle met tout en oeuvre pour limiter ses importations et accorder de plus en plus d´importance à la préservation de ses ressources agricoles et aux conditions de vie de ses agriculteurs. L´agriculture se trouve au coeur du 11e plan quinquennal du gouvernement pour la période 2006-2010.

Une politique agricole active
Première agriculture de la planète, ce pays se positionne au premier rang mondial en ce qui concerne la production ou les exportations de nombreux produits. En 2005, la Chine a produit 20 % des céréales mondiales (riz, maïs et blé), 29 % de la production de viandes et 50 % des légumes.
Les productions animales, qui ne contribuaient qu´à 15 % de la production agricole en 1978, représentaient près de 35 % en 2004. Si la viande de porc arrive toujours en tête, sa part tend à diminuer au profit des viandes bovines et de volailles. La production bovine est celle qui a connu la plus forte croissance entre 1978 et 2004 où elle a atteint 6,4 millions de tonnes soit 11 % de la production mondiale. Ce qui place le pays à la 4e place derrière les États-Unis, l´UE à 25 et le Brésil. Le développement des grands élevages suggère que le pays compte mettre tout en oeuvre pour limiter sa dépendances aux importations de viandes bovines.

Quant aux exportations françaises de produits laitiers vers la Chine, elles sont en augmentation continue depuis 1999 : elles ont atteint 46,2 millions de dollars contre 17,6 en 1999. Ces tendances ont de grandes chances de se poursuivre en raison des modifications du régime alimentaire, de l´amélioration des conditions de stockage mais aussi parce que la production a du mal à suivre la hausse de la demande.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière