Aller au contenu principal

Etude des chambres d´agriculture
L´agriculture chinoise saura-t-elle s´adapter ?

Les capacités de la Chine à répondre à son défi alimentaire ne sont pas à sous-estimer.


L´évolution rapide de l´économie chinoise soulève la question du devenir du secteur agricole chinois. La Chine va-t-elle abandonner son agriculture au profit de son industrie, et par conséquent continuer à augmenter ses importations agroalimentaires ? Ou au contraire, va-t-elle tenter de préserver son secteur agricole, afin de satisfaire son désir d´autosuffisance ? s´interroge la revue Chambres d´agriculture qui vient de publier un dossier sur les mutations de l´agriculture chinoise.
Celle-ci se heurte à la rareté des terres destinées aux grandes cultures, à la baisse des surfaces agricoles disponibles, aux problèmes environnementaux et en eau. La Chine affiche un déficit croissant pour les produits agricoles et présente un solde agroalimentaire déficitaire depuis 2003. Mais, par une politique agricole très active, elle met tout en oeuvre pour limiter ses importations et accorder de plus en plus d´importance à la préservation de ses ressources agricoles et aux conditions de vie de ses agriculteurs. L´agriculture se trouve au coeur du 11e plan quinquennal du gouvernement pour la période 2006-2010.

Une politique agricole active
Première agriculture de la planète, ce pays se positionne au premier rang mondial en ce qui concerne la production ou les exportations de nombreux produits. En 2005, la Chine a produit 20 % des céréales mondiales (riz, maïs et blé), 29 % de la production de viandes et 50 % des légumes.
Les productions animales, qui ne contribuaient qu´à 15 % de la production agricole en 1978, représentaient près de 35 % en 2004. Si la viande de porc arrive toujours en tête, sa part tend à diminuer au profit des viandes bovines et de volailles. La production bovine est celle qui a connu la plus forte croissance entre 1978 et 2004 où elle a atteint 6,4 millions de tonnes soit 11 % de la production mondiale. Ce qui place le pays à la 4e place derrière les États-Unis, l´UE à 25 et le Brésil. Le développement des grands élevages suggère que le pays compte mettre tout en oeuvre pour limiter sa dépendances aux importations de viandes bovines.

Quant aux exportations françaises de produits laitiers vers la Chine, elles sont en augmentation continue depuis 1999 : elles ont atteint 46,2 millions de dollars contre 17,6 en 1999. Ces tendances ont de grandes chances de se poursuivre en raison des modifications du régime alimentaire, de l´amélioration des conditions de stockage mais aussi parce que la production a du mal à suivre la hausse de la demande.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière