Aller au contenu principal
Font Size

Produire plus
L’agrandissement, bon ou mauvais plan ?

S’agrandir oui, mais pour quelles conséquences économiques ? Quels résultats obtiennent les exploitations qui se sont agrandies et quelles sont les clés d’un agrandissement réussi ? Éclairage avec quatre études récentes.

D'hier à aujourd'hui
D'hier à aujourd'hui
© Réussir Lait
On le dit inéluctable, mais se montre-t-il pour autant rentable? L’agrandissement des élevages laitiers se révèle-t-il une si bonne opération? Une grande question sur laquelle différents experts se sont penchés (1).
Les études et les simulations qui suivent l’attestent: cette stratégie améliore la performance économique des élevages si elle permet une dilution des charges de structure et une meilleure productivité du travail.

Un agrandissement, ça passe ou ça casse


Mais toutes les exploitations ne réussissent pas leur croissance. Pour transformer l’essai, encore faut-il une bonne maîtrise technico-économique de l’atelier lait au départ et ne pas investir plus qu’il ne faut pour digérer l’agrandissement.

Dans la conjoncture actuelle, construire un bâtiment neuf avec une augmentation radicale des volumes de lait est un pari plus que risqué. Le lait ne dégage pas la rentabilité suffisante pour financer de tels projets.

Par contre, l’intensification par les concentrés ou les fourrages et l’agrandissement progressif et raisonné des bâtiments existants se révèlent souvent opportun.

S’il est réussi, un agrandissement conforte le revenu. Dans le cas contraire, il risque d’accélérer la dégradation des résultats économiques, voire même de précipiter l’arrêt du lait. Certaines grosses structures qui ont investi lourdement ou dont la situation de départ n’était pas optimale, n’ont pas hésité à « lâcher » le lait et répondre à l’appel d’une conjoncture céréalière alléchante.
(1) Voir Réussir Lait, n°266, p. 82.

SOMMAIRE DU MINI DOSSIER (PAGES 102 À 106) à lire dans la revue n°267

1 - Faut-il produire plus de lait en vue de la fin des quotas?

Les réseaux d’élevage de la région Est, regroupant l’Alsace, la Lorraine et Champagne- Ardenne ont simulé différents types d’agrandissement pour six systèmes de production régionaux. 

2 - Rentabilité initiale et dilution des charges sont essentielles

Une étude a été menée par le Cerfrance des Côtes-d’Armor sur 104 exploitations laitières spécialisées qui se sont agrandies de plus de moitié en termes de litrage vendu sur la période 2005-2011.

3 - L’agrandissement n’est pas un gage d’efficacité économique

En région Centre et Bourgogne (1), une étude des chambres d’agriculture et de Conseil élevage a comparé les résultats économiques obtenus par deux groupes de trente élevages. Leur trajectoire d’agrandissement est différente. Dans le premier groupe, la référence laitière moyenne des élevages a augmenté de plus de 200000 litres entre 2006 et 2010 (+73 000 l/UMO). Dans le second, l’augmentation de quota s’est limitée à 40 000 litres (+45000 l/UMO) profitant des volumes supplémentaires accordés par Bruxelles et des attributions gratuites.

4 - La taille n’atténue pas les écarts de résultats entre exploitations

L’analyse des résultats du Cerfrance Normandie Maine (1) montre que grossir pour gagner plus passe par une amélioration de la productivité de la main-d’oeuvre. Et que l’on peut gagner plus à optimiser son système.
(1) Plus de 460 exploitations laitières de plus de 500 000 litres, sur la zone Normandie Maine (Haute et Basse Normandie et Sarthe Mayenne) analysées sur la période 2007-2011.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière