Aller au contenu principal

L’Afrique attire les groupes laitiers étrangers

La demande laitière explose en Afrique. Les États veulent développer la production locale et les éleveurs familiaux veulent participer à cet élan.

Minilaiterie au Sénégal. Il y a une place pour une production d'éleveurs familiaux en milieu rural pour l'autoconsommation et les marchés locaux.
© DR

La demande en produits laitiers explose en Afrique de l’Ouest (1) du fait d’un développement démographique rapide, de l’urbanisation et de l’émergence d’une classe moyenne", a présenté Guillaume Duteurtre, du Cirad, lors de la journée marchés mondiaux du lait organisée par l’Institut de l’élevage. L’Afdi a récemment sorti un dossier sur l’Afrique avec un constat similaire. "L’Afrique importe 30 % de ses besoins. Les perspectives offertes par le doublement de la population africaine d’ici 2050, ainsi que sa proximité géographique rendent le continent attirant pour les exportateurs européens."

En Afrique de l’Ouest, la production laitière a crû entre les années 1990 et 2010 et patine depuis. Les importations — essentiellement des poudres de lait — ont progressé pour satisfaire la demande. Demain, même si la production se développe à nouveau, le recours aux importations semble inévitable. La Cédéao (1) a une politique publique favorable aux importations, avec des droits de douane faibles. Le commerce pourrait être complètement libéralisé entre la Cédéao et l’Union européenne en cas d’accord commercial entre les deux régions. Mais les temps changent et "la Cédéao discute actuellement de l’opportunité d’un plan de soutien public et d’une revue des droits de douane, un ensemble de mesures appelé 'Offensive lait' ", expose l’Afdi.

Les grands groupes européens investissent sur place

L’objectif est le développement d’une production locale. Au Nigéria, gros marché de l’Afrique sub-saharienne, les autorités ont obtenu de la coopérative néerlandaise FrieslandCampina (présente depuis 70 ans dans le pays) un engagement à développer la production laitière locale. "On pourrait assister à un certain cloisonnement entre une production dans des fermes intensives proches des usines de transformation et des centres urbains de consommation, et une production d’éleveurs familiaux en milieu rural transformant leur lait dans des minilaiteries, pour l’autoconsommation et les marchés locaux", analyse l’Afdi.

Pour participer à l’émergence de l’Afrique laitière, les groupes laitiers étrangers investissent sur place, "en prenant des participations ou en rachetant des filiales, comme Glanbia, une coopérative irlandaise, au Sénégal, illustre Guillaume Duteurtre. Ou par la vente de franchise, comme Grand lait de Candia qui est fabriqué par Kirène au Sénégal. Et enfin, par les investissements solidaires, comme des activités de formation au Nigéria appuyées par la coopérative danoise Arla Foods, ou l’appui du Fonds Danone communities à la Laiterie du berger au Sénégal, qui est un transformateur local valorisant le lait de producteurs traditionnels locaux."

(1) La Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest compte 14 pays : Sénégal, Mali, Niger, Nigeria, Bénin…
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière