Aller au contenu principal
Font Size

L’Afrique attire les groupes laitiers étrangers

La demande laitière explose en Afrique. Les États veulent développer la production locale et les éleveurs familiaux veulent participer à cet élan.

Minilaiterie au Sénégal. Il y a une place pour une production d'éleveurs familiaux en milieu rural pour l'autoconsommation et les marchés locaux.
© DR

La demande en produits laitiers explose en Afrique de l’Ouest (1) du fait d’un développement démographique rapide, de l’urbanisation et de l’émergence d’une classe moyenne", a présenté Guillaume Duteurtre, du Cirad, lors de la journée marchés mondiaux du lait organisée par l’Institut de l’élevage. L’Afdi a récemment sorti un dossier sur l’Afrique avec un constat similaire. "L’Afrique importe 30 % de ses besoins. Les perspectives offertes par le doublement de la population africaine d’ici 2050, ainsi que sa proximité géographique rendent le continent attirant pour les exportateurs européens."

En Afrique de l’Ouest, la production laitière a crû entre les années 1990 et 2010 et patine depuis. Les importations — essentiellement des poudres de lait — ont progressé pour satisfaire la demande. Demain, même si la production se développe à nouveau, le recours aux importations semble inévitable. La Cédéao (1) a une politique publique favorable aux importations, avec des droits de douane faibles. Le commerce pourrait être complètement libéralisé entre la Cédéao et l’Union européenne en cas d’accord commercial entre les deux régions. Mais les temps changent et "la Cédéao discute actuellement de l’opportunité d’un plan de soutien public et d’une revue des droits de douane, un ensemble de mesures appelé 'Offensive lait' ", expose l’Afdi.

Les grands groupes européens investissent sur place

L’objectif est le développement d’une production locale. Au Nigéria, gros marché de l’Afrique sub-saharienne, les autorités ont obtenu de la coopérative néerlandaise FrieslandCampina (présente depuis 70 ans dans le pays) un engagement à développer la production laitière locale. "On pourrait assister à un certain cloisonnement entre une production dans des fermes intensives proches des usines de transformation et des centres urbains de consommation, et une production d’éleveurs familiaux en milieu rural transformant leur lait dans des minilaiteries, pour l’autoconsommation et les marchés locaux", analyse l’Afdi.

Pour participer à l’émergence de l’Afrique laitière, les groupes laitiers étrangers investissent sur place, "en prenant des participations ou en rachetant des filiales, comme Glanbia, une coopérative irlandaise, au Sénégal, illustre Guillaume Duteurtre. Ou par la vente de franchise, comme Grand lait de Candia qui est fabriqué par Kirène au Sénégal. Et enfin, par les investissements solidaires, comme des activités de formation au Nigéria appuyées par la coopérative danoise Arla Foods, ou l’appui du Fonds Danone communities à la Laiterie du berger au Sénégal, qui est un transformateur local valorisant le lait de producteurs traditionnels locaux."

(1) La Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest compte 14 pays : Sénégal, Mali, Niger, Nigeria, Bénin…
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière