Aller au contenu principal

DOSSIER de la rédaction
L’affouragement en vert est-il pour vous?

Si la vache ne va pas au pré, le pré ira à la vache… un adage qui semble séduire un nombre croissant d’éleveurs. Mais si les atouts de l’affouragement en vert sont réels, il a aussi ses limites à bien cerner. Et même avec un pâturage réduit, la gestion de l’herbe doit être optimisée.

S'assurer de la rentabilité de l'opération.
S'assurer de la rentabilité de l'opération.
© E. Bignon

Valoriser l’herbe malgré un parcellaire éclaté, améliorer l’autonomie protéique et limiter le coût alimentaire, tirer parti des couverts végétaux obligatoires, ramener du vert dans la ration: les attraits de l’affouragement en vert sont multiples.
Et dans un contexte d’augmentation de la taille des troupeaux, avec des agrandissements souvent déstructurants, cette pratique semble susciter un intérêt croissant. « Elle se développe aussi dans les élevages ayant mis en place un robot de traite pour pallier la difficulté de pâturer », explique Gérard Losq, du pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne.

Il ne faut cependant pas perdre de vue que le pâturage reste le moyen le plus économique de valoriser l’herbe, rappellent les techniciens. Achat de matériel, consommation supplémentaire de carburant : l’affouragement en vert entraîne des surcoûts qu’il convient de bien évaluer pour s’assurer de la rentabilité de l’opération. Sans oublier l’astreinte et le travail supplémentaires. Avec des parcelles à plusieurs kilomètres et plusieurs tours par jour, le compteur d’heures peut vite tourner.
Lorsque l’accessibilité fait défaut, des solutions alternatives comme l’échange parcellaire ou les aménagements type boviduc sont parfois envisageables.

Si vous décidez de vous lancer dans l’affouragement en vert, le choix de l’équipement devra être adapté aux économies permises par cette pratique, en fonction de la taille du troupeau, de la durée d’affouragement et des quantités récoltées. L’achat du matériel en commun entre exploitants proches peut permettre de réduire les coûts.

Prairies assolées, dérobées pour l’été ou l’automne-hiver, couverts : de nombreuses espèces se prêtent à l’affouragement en vert. À vous de choisir en fonction des conditions pédoclimatiques de l’exploitation et de la façon dont vous envisagez l’affouragement en vert.

Quoi qu’il en soit, la gestion des surfaces doit être aussi rigoureuse qu’au pâturage, avec un planning des fauches et des temps de repousse permettant d’optimiser la qualité du fourrage distribué.

Lorsqu’elle permet de s’affranchir de contraintes fortes, notamment parcellaires, ou de répondre à une problématique comme l’amélioration de l’autonomie alimentaire, la technique de l’affouragement en vert peut constituer une réelle opportunité comme vous pourrez le voir dans les reportages proposés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière