Aller au contenu principal

DOSSIER de la rédaction
L’affouragement en vert est-il pour vous?

Si la vache ne va pas au pré, le pré ira à la vache… un adage qui semble séduire un nombre croissant d’éleveurs. Mais si les atouts de l’affouragement en vert sont réels, il a aussi ses limites à bien cerner. Et même avec un pâturage réduit, la gestion de l’herbe doit être optimisée.

S'assurer de la rentabilité de l'opération.
S'assurer de la rentabilité de l'opération.
© E. Bignon

Valoriser l’herbe malgré un parcellaire éclaté, améliorer l’autonomie protéique et limiter le coût alimentaire, tirer parti des couverts végétaux obligatoires, ramener du vert dans la ration: les attraits de l’affouragement en vert sont multiples.
Et dans un contexte d’augmentation de la taille des troupeaux, avec des agrandissements souvent déstructurants, cette pratique semble susciter un intérêt croissant. « Elle se développe aussi dans les élevages ayant mis en place un robot de traite pour pallier la difficulté de pâturer », explique Gérard Losq, du pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne.

Il ne faut cependant pas perdre de vue que le pâturage reste le moyen le plus économique de valoriser l’herbe, rappellent les techniciens. Achat de matériel, consommation supplémentaire de carburant : l’affouragement en vert entraîne des surcoûts qu’il convient de bien évaluer pour s’assurer de la rentabilité de l’opération. Sans oublier l’astreinte et le travail supplémentaires. Avec des parcelles à plusieurs kilomètres et plusieurs tours par jour, le compteur d’heures peut vite tourner.
Lorsque l’accessibilité fait défaut, des solutions alternatives comme l’échange parcellaire ou les aménagements type boviduc sont parfois envisageables.

Si vous décidez de vous lancer dans l’affouragement en vert, le choix de l’équipement devra être adapté aux économies permises par cette pratique, en fonction de la taille du troupeau, de la durée d’affouragement et des quantités récoltées. L’achat du matériel en commun entre exploitants proches peut permettre de réduire les coûts.

Prairies assolées, dérobées pour l’été ou l’automne-hiver, couverts : de nombreuses espèces se prêtent à l’affouragement en vert. À vous de choisir en fonction des conditions pédoclimatiques de l’exploitation et de la façon dont vous envisagez l’affouragement en vert.

Quoi qu’il en soit, la gestion des surfaces doit être aussi rigoureuse qu’au pâturage, avec un planning des fauches et des temps de repousse permettant d’optimiser la qualité du fourrage distribué.

Lorsqu’elle permet de s’affranchir de contraintes fortes, notamment parcellaires, ou de répondre à une problématique comme l’amélioration de l’autonomie alimentaire, la technique de l’affouragement en vert peut constituer une réelle opportunité comme vous pourrez le voir dans les reportages proposés.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière