Aller au contenu principal

DOSSIER de la rédaction
L’affouragement en vert est-il pour vous?

Si la vache ne va pas au pré, le pré ira à la vache… un adage qui semble séduire un nombre croissant d’éleveurs. Mais si les atouts de l’affouragement en vert sont réels, il a aussi ses limites à bien cerner. Et même avec un pâturage réduit, la gestion de l’herbe doit être optimisée.

S'assurer de la rentabilité de l'opération.
S'assurer de la rentabilité de l'opération.
© E. Bignon

Valoriser l’herbe malgré un parcellaire éclaté, améliorer l’autonomie protéique et limiter le coût alimentaire, tirer parti des couverts végétaux obligatoires, ramener du vert dans la ration: les attraits de l’affouragement en vert sont multiples.
Et dans un contexte d’augmentation de la taille des troupeaux, avec des agrandissements souvent déstructurants, cette pratique semble susciter un intérêt croissant. « Elle se développe aussi dans les élevages ayant mis en place un robot de traite pour pallier la difficulté de pâturer », explique Gérard Losq, du pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne.

Il ne faut cependant pas perdre de vue que le pâturage reste le moyen le plus économique de valoriser l’herbe, rappellent les techniciens. Achat de matériel, consommation supplémentaire de carburant : l’affouragement en vert entraîne des surcoûts qu’il convient de bien évaluer pour s’assurer de la rentabilité de l’opération. Sans oublier l’astreinte et le travail supplémentaires. Avec des parcelles à plusieurs kilomètres et plusieurs tours par jour, le compteur d’heures peut vite tourner.
Lorsque l’accessibilité fait défaut, des solutions alternatives comme l’échange parcellaire ou les aménagements type boviduc sont parfois envisageables.

Si vous décidez de vous lancer dans l’affouragement en vert, le choix de l’équipement devra être adapté aux économies permises par cette pratique, en fonction de la taille du troupeau, de la durée d’affouragement et des quantités récoltées. L’achat du matériel en commun entre exploitants proches peut permettre de réduire les coûts.

Prairies assolées, dérobées pour l’été ou l’automne-hiver, couverts : de nombreuses espèces se prêtent à l’affouragement en vert. À vous de choisir en fonction des conditions pédoclimatiques de l’exploitation et de la façon dont vous envisagez l’affouragement en vert.

Quoi qu’il en soit, la gestion des surfaces doit être aussi rigoureuse qu’au pâturage, avec un planning des fauches et des temps de repousse permettant d’optimiser la qualité du fourrage distribué.

Lorsqu’elle permet de s’affranchir de contraintes fortes, notamment parcellaires, ou de répondre à une problématique comme l’amélioration de l’autonomie alimentaire, la technique de l’affouragement en vert peut constituer une réelle opportunité comme vous pourrez le voir dans les reportages proposés.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière