Aller au contenu principal

L’acupuncture soigne aussi les bovins

Issue de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture vise à renforcer l’équilibre général de l’animal pour l’aider à retrouver ou maintenir sa santé.

« Traditionnellement en Chine ancestrale, les médecins étaient rémunérés tant que le patient est en bonne santé. Dès que ce dernier manifestait des symptômes ou restait en convalescence, le médecin n’était plus payé », expose Nayla Cherino, vétérinaire dans la Manche et orientée en homéopathie, ostéopathie et acupuncture. Cette approche, aux antipodes de la médecine conventionnelle, a de quoi dérouter. Elle s’applique à l’homme, mais également aux bovins. « La maladie révèle en fait un déséquilibre dans le corps. L’objectif est de rééquilibrer l’énergie vitale qui circule dans l’animal pour l’aider à guérir d’une pathologie. »

La santé est avant tout une question d’équilibre

L’acupuncture consiste à insérer des aiguilles à la surface de la peau pour stimuler des points précis sur les méridiens (lignes reliant les organes entre eux) afin de réguler l’énergie ainsi que les fonctions physiologiques, organiques et psychiques. Dans l’organisme, tous les organes sont énergiquement liés les uns aux autres. Les bovins possèdent une douzaine de méridiens, disposés de façon bilatérale à la surface de leur corps. « On peut les comparer à un circuit électrique, illustre Nayla Cherino. Imaginons que chaque organe est une ampoule. Le fil électrique relié à l’ampoule correspond à un méridien véhiculant de l’énergie. Comme dans tout circuit électrique, il peut y avoir plusieurs interrupteurs avec pour certains, un minuteur ou un variateur d’intensité lumineuse. » Sur les méridiens, plusieurs points permettent de régler l’énergie au niveau de l’organe. Quand on applique une aiguille à la surface du corps, c’est comme si on appuyait sur un interrupteur du circuit pour rallumer « une lumière » en nous. Mais encore faut-il connaître l’emplacement de ces fameux points.

Considérer l’animal dans toute sa globalité

 

 

 

Pour les localiser précisément, l’acupuncteur s’appuie sur la théorie décrite par la médecine traditionnelle chinoise, vieille de 3000 ans et basée sur l’observation. Il existe plus de 300 points sur le corps. Dans les formations qu’elle dispense aux éleveurs de toute la France depuis 2013, Nayla Cherino se limite à la présentation d’une vingtaine de points de base. « Pas besoin de transformer les vaches en hérisson pour obtenir des résultats, plaisante-t-elle. Les interrelations entre les différents organes font qu’il n’y a pas lieu de poser une multitude d’aiguilles. Le principal est de bien les localiser. Cinq aiguilles suffisent à retrouver un état d’équilibre et à relancer les mécanismes naturels du corps. »

Les points enseignés en formation permettent d’intervenir aussi bien en préventif qu’en curatif. Sur le flanc, les éleveurs identifient ce que l’on appelle le triangle d’immunité, délimité par trois points appelés point rate, point rein et point foie. En agissant sur ces trois organes, on augmente la capacité de l’organisme à se défendre de façon générale. « Je conseille d’utiliser ces points lors des périodes à risques (vêlage, changement de saison, de ration). »

Le champ d’action de l’acupuncture peut être très vaste

Concrètement, le vétérinaire invite à poser les aiguilles et à laisser faire. Si on trouve le bon point, l’aiguille est comme absorbée par le cuir de l’animal. Tant que l’aiguille travaille, on ne peut pas la retirer. Elle remonte toute seule dans un délai variant de cinq à trente minutes.

D’autres points existent pour favoriser l’éjection du lait, le vêlage (ouverture du col ou mobilité du bassin), traiter une non-délivrance, une métrite, des problèmes de repro, une fièvre intense, soigner un veau mou qui refuse de boire, faciliter la digestion, réguler une diarrhée, une hémorragie… « Globalement, dans toutes les pathologies infectieuses (mammites, pathologies respiratoires…), l‘acupuncture aide à renforcer le terrain de la vache », conclut Nayla Cherino.

Pour plus d’informations : www.les9fontaines.eu

Le saviez-vous ?

Pour la réanimation d’un veau nouveau-né, on peut agir sur certains points directement avec les doigts. Appuyer au niveau du périnée (point VC1) permet aux veaux qui ont « bu la tasse » d’expectorer instantanément. Puis, on les aide à inspirer avec le point VG26 au niveau du frein labial de la gencive supérieure. Dans les cas extrêmes, il peut être nécessaire de stimuler aussi les points Ting sur tout le pourtour de la couronne des différents membres.

Le point clé : l’approche de l’animal

 

 
Piquer n’est pas un geste anodin. « Si l’éleveur a peur de poser l’aiguille, elle ne rentrera pas dans le corps de l’animal. Il faut d’abord apprendre à réguler ses émotions et se débarrasser de ses énergies négatives », indique Nayla Cherino. Tous les éleveurs le savent : lorsqu’ils arrivent stressés ou énervés en salle de traite, le comportement des vaches s’en ressent. Elles bousent, donnent plus de coups de pieds, et produisent potentiellement moins de lait. Les émotions des éleveurs déteignent sur leurs animaux. « Avant de poser une aiguille, il est important de se sentir en sécurité, d’être confiant et détendu. »

 

Ce n’est qu’une fois que l’on se sent prêt et disponible que l’on peut intervenir sur l’animal. On s’approche de la vache avec calme. Si celle-ci manifeste de la tension, on s’arrête un instant. En moins de trois minutes, elle s’apaise et se relâche. C’est seulement alors qu’on peut poser sa main sur elle, sans la caresser, et appliquer les aiguilles.

Avis d’éleveur : Anne-Marie Lebreton, éleveuse de 70 vaches dans le Calvados

 
« Un moyen de limiter le recours aux médicaments classiques »

« Je me suis lancée dès le lendemain de la formation organisée par Seenergi. J’utilise l’acupuncture en prévention ou lorsque je vois des premiers signes de maladie. Mes premières expériences m’encouragent à continuer. En trois mois, j’ai déjà utilisé deux boîtes de 100 aiguilles (10 € la boîte). Dernièrement j’ai pratiqué l’acupuncture sur une petite génisse qui était prise au niveau pulmonaire et qui « battait » pas mal. Je l’ai mise sous antibiotiques, mais pas sous anti-inflammatoires. Et j’ai posé une aiguille sur le point MC6 situé à l’intérieur de la patte avant pour apaiser le cœur, et une autre sur V60 pour faire descendre la température. Trois quarts d’heure plus tard, elle « battait » beaucoup moins. Je pratique aussi régulièrement le triangle d’immunité sur les vaches et les génisses qui entrent en préparation au vêlage. Il est encore trop tôt pour voir les effets. À la première traite au robot, j’applique aussi des aiguilles sur les génisses qui ont du mal à donner leur lait. Une seule fois suffit, alors qu’avant je réalisais une à trois piqûres d’ocytocine pour régler ce problème.

Les vaches réagissent différemment devant les aiguilles. Certaines ne bronchent pas du tout, tandis que d’autres se montrent très sensibles dès qu’on les touche. Je prends le temps nécessaire en posant ma main calmement sur l’animal quelques minutes pour l’apaiser. Parfois les aiguilles rentrent immédiatement, c’est impressionnant ! Parfois, elles prennent plus de temps à pénétrer. Je libère les vaches du cornadis une fois que j’ai fini et les laisse vaquer à leur occupation dans la stabulation, en laissant l’aiguille agir. Elle remonte et tombe toute seule plus tard.

Le plus difficile, c’est d’être sûr de piquer au bon endroit. Je m’aide des photos que j’ai prises lors de la formation. Il y a des points que je trouve plus facilement que d’autres. L’autre jour, par exemple, une vache s’est blessée à la patte, j’ai voulu piquer le point VB20 (derrière l’oreille), mais j’aurais besoin d’être confortée dans ma pratique. »

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

Traite - bracelet à la patte pour traitement antibiotique
Les lactations prolongées sont-elles rentables pour les vaches laitières ?

Adopter une stratégie de lactations prolongées peut présenter des intérêts dans certains élevages et pour certaines vaches,…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

récolte de sainfoin
Le sainfoin, une légumineuse fourragère pas comme les autres

Cousin de la luzerne, le sainfoin est une légumineuse non météorisante qui aime les sols calcaires et séchants. Riche en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière