Aller au contenu principal
Font Size

L’activation des semences de betteraves fourragères gagne du terrain

Les semences de betteraves activées représentent un surcoût de 30 € par hectare.
© ADBFM

L’activation des semences est un procédé qui consiste à initier, de manière précise et contrôlée, les toutes premières étapes de la germination des semences de betteraves. Cette technologie vise principalement à améliorer l’homogénéité des levées des plantules de betterave, ainsi qu’à gagner en vitesse d’émergence. Ces effets sont particulièrement visibles lorsque les conditions de levée sont difficiles. Les semences activées représentent un surcoût de 30 € de l’hectare pour un éleveur. « Cet investissement supplémentaire peut être considéré comme une assurance, avance Alexandre Carré du de l’ABDFM. L’activation offre des garanties supplémentaires sur la qualité de la levée et l’homogénéité de la culture, deux points qui conditionnent en grande partie la qualité des racines et leur conservation. » Ces garanties deviennent plus importantes au regard de l’interdiction des néonicotinoïdes qui protégeaient les jeunes betteraves des insectes du sol et des pucerons.  Les semences activées représentent déjà une part significative et croissante du marché des semences de betteraves fourragères. De plus en plus de variétés sont proposées en semences activées incluant des variétés résistantes à la rhizomanie ou/et au rhizoctone brun. « L’avenir nous dira, si à l’instar des betteraves sucrières, les semences activées vont se généraliser pour la culture de betteraves fourragères », conclut Alexandre Carré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière