Aller au contenu principal
Font Size

Lactalis bloque les attributions de volume

Face aux excédents laitiers et à la faible valorisation des marchés, le groupe freine sur les volumes pour la campagne en cours.

La négociation avec Lactalis sur le contrat avance et les choses vont dans le bon sens", affirme Claude Bonnet, président de l’Unell (Union nationale d’OP Lactalis). On s’oriente vers une formule de prix qui prendra en compte le mix produit de l’entreprise et devrait suivre l’indice de marge Milc pour faire remonter le prix si nécessaire". Le point qui gêne l’Unell, pour cette campagne, est le gel des attributions hors installation et hors reprise à l’identique d’une exploitation (sauf dans le sud de la France où il n’y a pas de gel). Lactalis met en avant la forte dynamique de la production européenne alors que les stocks de poudre pèsent énormément sur les marchés. "C’est un frein au développement des exploitations. Mais l’entreprise sait qu’elle ne peut pas continuer longtemps à bloquer les projets, si elle ne veut pas voir partir des exploitations d’avenir. Nous avons demandé qu’il y ait une contrepartie avec un meilleur prix du lait, mais nous n’avons pas obtenu de réponse,"commente Claude Bonnet.

Une baisse hypothétique pour les cinq ans à venir

"Au cours des réunions de négociations, Lactalis a laissé entendre qu’il pourrait y avoir une réduction des volumes collectés en France de 10 % dans les cinq ans à venir, dans l’idée de fabriquer moins de beurre et de poudre basique produits en France, indique Claude Bonnet. Mais cela se ferait sans toucher aux références individuelles. La baisse serait mécanique, en n’attribuant pas tous les volumes libérés par les cessations."

"Il ne s’agit aucunement d’une décision du groupe, souligne Michel Nalet, responsable communication de Lactalis. Cette baisse des volumes n’interviendrait que si la restructuration restait aussi élevée qu’en 2016 (environ -5 %), si les marchés restaient compliqués et si la compétitivité du prix du lait français était moins bonne que celle des pays concurrents. Avec des marchés plus favorables et un lait français compétitif, les volumes ne baisseraient pas."

Par ailleurs, l’OPLGO, l’une des OP Lactalis dans le Grand Ouest, a été étonnée d’entendre Lactalis évoquer en réunion un double volume double prix, l’entreprise étant jusque-là contre un tel dispositif. "L’entreprise nous explique que si les EGA (Etats généraux de l’alimentation) survalorisent le lait français avec la prise en compte du coût de production dans la fixation du prix du lait, elle fera un prix A pour les volumes valorisés sur le marché intérieur et un prix B pour les volumes valorisés à l’export (environ 50 % des activités Lactalis France), pour rester compétitive à l’export", affirme-t-elle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière