Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'abattage à la ferme et l'euthanasie ne sont pas des solutions !

Depuis le 1er octobre 2018, il n'est plus possible de transporter à l'abattoir une vache équasillée ou un bovin avec une patte cassée s'il ne peut se mouvoir par lui-même.

© S. Leitenberger - Archives

Bovins accidentés. Il n'est plus possible depuis le 1er octobre de transporter une vache équasillée à l'abattoir, ou un bovin avec une patte cassée s'il ne peut se mouvoir par lui-même. Suite à une inspection de l'Office alimentaire et vétérinaires de l'Union européenne, ayant relevé des « non-conformités majeures », l'administration française s'est vue contrainte d'appliquer strictement la réglementation européenne sur la non-transportabilité des animaux. Elle impose désormais d'abattre à la ferme (ou d'euthanasier) les bovins qui ne sont pas jugés aptes au transport. Ceci est matérialisé par deux CVI (certificat vétérinaire d'information), l'un pour les animaux légèrement blessés pouvant être transportés, l'autre pour les bovins abattus à la ferme acheminés vers un abattoir pour un examen sanitaire. Une alternative inacceptable pour les éleveurs. Non seulement l'abattage à la ferme n'est pas une solution en termes de bien-être animal, mais aucun abattoir n'accepte ces carcasses dans la chaîne de valorisation classique. Quant à l'euthanasie, elle représente une lourde perte économique. La solution proposée par la profession est la mise en place d'un transport encadré évitant toute douleur supplémentaire, une demande restée sans réponse.

Dévastateur en termes d'image

Les vétérinaires sont eux aussi opposés à l'abattage en urgence d'animaux accidentés à la ferme. « La diffusion de photos ou vidéos d'abattage d'urgence en ferme sera dévastatrice en termes d'image pour l'éleveur mais aussi pour le vétérinaire qui aura validé cette solution », souligne le SNVEL (syndicat des vétérinaires) dans la Dépêche vétérinaire. Il a demandé de l'interdire et de mettre en place un système d'assurance, ou au moins la prise en charge des frais d'euthanasie, demandes qui n'ont guère été davantage entendues par l'administration.

Voir aussi " Du nouveau sur le transport des animaux blessés et l'abqttage à la ferme ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière