Aller au contenu principal

L'abattage à la ferme et l'euthanasie ne sont pas des solutions !

Depuis le 1er octobre 2018, il n'est plus possible de transporter à l'abattoir une vache équasillée ou un bovin avec une patte cassée s'il ne peut se mouvoir par lui-même.

© S. Leitenberger - Archives

Bovins accidentés. Il n'est plus possible depuis le 1er octobre de transporter une vache équasillée à l'abattoir, ou un bovin avec une patte cassée s'il ne peut se mouvoir par lui-même. Suite à une inspection de l'Office alimentaire et vétérinaires de l'Union européenne, ayant relevé des « non-conformités majeures », l'administration française s'est vue contrainte d'appliquer strictement la réglementation européenne sur la non-transportabilité des animaux. Elle impose désormais d'abattre à la ferme (ou d'euthanasier) les bovins qui ne sont pas jugés aptes au transport. Ceci est matérialisé par deux CVI (certificat vétérinaire d'information), l'un pour les animaux légèrement blessés pouvant être transportés, l'autre pour les bovins abattus à la ferme acheminés vers un abattoir pour un examen sanitaire. Une alternative inacceptable pour les éleveurs. Non seulement l'abattage à la ferme n'est pas une solution en termes de bien-être animal, mais aucun abattoir n'accepte ces carcasses dans la chaîne de valorisation classique. Quant à l'euthanasie, elle représente une lourde perte économique. La solution proposée par la profession est la mise en place d'un transport encadré évitant toute douleur supplémentaire, une demande restée sans réponse.

Dévastateur en termes d'image

Les vétérinaires sont eux aussi opposés à l'abattage en urgence d'animaux accidentés à la ferme. « La diffusion de photos ou vidéos d'abattage d'urgence en ferme sera dévastatrice en termes d'image pour l'éleveur mais aussi pour le vétérinaire qui aura validé cette solution », souligne le SNVEL (syndicat des vétérinaires) dans la Dépêche vétérinaire. Il a demandé de l'interdire et de mettre en place un système d'assurance, ou au moins la prise en charge des frais d'euthanasie, demandes qui n'ont guère été davantage entendues par l'administration.

Voir aussi " Du nouveau sur le transport des animaux blessés et l'abqttage à la ferme ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière