Aller au contenu principal

La vision laitière du monde a changé positivement

Au-delà des soubresauts conjoncturels, l’avenir laitier reste positif. Les entreprises françaises misent sur l’exportation vers les pays émergents.

Les entreprises françaises peuvent exporter 
sans souffrir d’un écart de compétitivité.
Les entreprises françaises peuvent exporter
sans souffrir d’un écart de compétitivité.
© P. Bourgault

« La détérioration de la conjoncture laitière de ces derniers mois ne remet pas en cause les fondamentaux du marché », a rappelé Benoît Rouyer, économiste au Cniel, lors d’une conférence au Sommet de l’élevage. Le déséquilibre actuel résulte du fort dynamisme de la production chez les deux principaux fournisseurs du marché mondial (Nouvelle-Zélande, UE) et de l’embargo russe qui provoque un jeu de chaises musicales parmi les fournisseurs de la Russie. S’il faut désormais composer avec la volatilité des marchés, la vision laitière du monde est bien plus positive qu’il y a dix ans et la France détient davantage d’atouts, assure Benoît Rouyer. Il y a dix ans, les opérateurs français estimaient qu’il fallait « renoncer progressivement à tous les produits fortement exportés sur les pays tiers (avec des restitutions) et se recentrer sur les produits de grande consommation vendus sur les marchés français et européen. "
Aujourd’hui, l’avenir laitier ne se dessine pas uniquement dans les zones les plus compétitives, comme en attestent les investissements des grands industriels laitiers mondiaux.


« Des investisseurs étrangers croient à notre avenir laitier »


Depuis 2010, les exportations françaises se développent nettement plus vite que les ventes sur le marché de détail français. « L’écart de compétitivité avec l’Océanie tend à se resserrer. Les entreprises françaises, pour une large gamme de produits, peuvent exporter toute l’année sur le marché mondial sans souffrir d’un écart de compétitivité. » Le coût de production a été multiplié par trois en Nouvelle-Zélande depuis douze ans, à cause notamment du prix de la terre qui a quintuplé.
Les entreprises laitières européennes ont désormais les yeux rivés sur les pays émergents fortement déficitaires en produits laitiers et ont la conviction de pouvoir s’y implanter durablement. Les importations de produits laitiers secs notamment se développent très rapidement. « Cette demande est structurelle et va s’amplifier », prévoit Benoît Rouyer. Ces pays sont dans l’incapacité de pourvoir à leurs besoins en produits laitiers car ils sont confrontés à de graves problèmes de ressources (eau, terres…) et à des modèles de production hors sol très coûteux et très dépendants d’intrants importés. Le prix du lait en Chine est nettement plus cher qu’en France (500 €) et cet écart se maintiendra. Ce n’est pas pour rien que des industriels chinois investissent en Europe et plus particulièrement en France.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière