Aller au contenu principal

NETTOYAGE DE LA MAMELLE L’ÉTÉ
LA SIMPLIFICATION EST POSSIBLE MAIS PAS PARTOUT

Une étude a été menée auprès de vingt-cinq élevages pour estimer l’impact d’un arrêt de la préparation des mamelles l’été ou de la mise en place d’une préparation à sec.

La simplification de l’hygiène des trayons permet de gagner 15 à 20 % de temps de traite. C’est l’un des constats d’une enquête menée auprès de vingt-cinq élevages des Pays de la Loire et de Normandie, présentée lors d’une journée sur la réduction du travail d’astreinte le 26 février dernier à Rennes. « Cela représente environ 10 minutes par traite donc reste tout de même limité », tempère Philippe Roussel, de l’Institut de l’élevage.

Cette simplification est possible mais pas dans tous les élevages. « Elle doit être réfléchie en fonction de la propreté des animaux, de l’hygiène du bâtiment, de la qualité du lait, des mammites… car elle n’est pas sans risque sur la qualité du lait. Il est important aussi de se donner des garde-fous, c’est-à-dire de se fixer des seuils d’alerte au niveau butyriques et cellules, et si ces seuils sont franchis de revenir aux pratiques antérieures. »

DE BONS RÉSULTATS MAIS…

L’étude a porté sur deux types de simplification des pratiques: l’arrêt de la préparation des mamelles avant la traite en période estivale (dix élevages suivis), la mise en place d’une préparation à sec (à l’aide d’un papier à usage unique sans lavage au préalable) associé à l’absence de désinfection des trayons en fin de traite (quinze élevages suivis).

L’Institut a regardé les résultats qualité de ces troupeaux sur les deux années précédant l’enquête. Il s’est aussi penché sur l’évolution des résultats en les comparant à des élevages témoins appariés en fonction du zonage, des résultats, de la période de vêlage… « La préparation des trayons à sec donne de bons résultats sur le plan de la qualité du lait (germes, butyriques, cellules) au regard des résultats des exploitations environnantes ; et la dynamique des infections mammaires ne paraît pas non plus affectée par cette pratique, constate Philippe Roussel. Cette pratique satisfait par ailleurs pleinement les attentes des éleveurs enquêtés en matière de gain de temps et de réduction de la pénibilité. »

DÉTÉRIORATION TEMPORAIRE

Les résultats sont un peu plus mitigés avec l’arrêt de la préparation à la traite. Si l’impact sur les germes est très faible (18400 germes contre 15000) et nul sur les butyriques, on a par contre une détérioration temporaire des comptages cellulaires en phase estivale (241 000 cellules contre 215 000 avec des pénalités dans sept exploitations sur dix).

« Cette dégradation est liée en grande partie à l’augmentation du nombre de vaches infectées. Mais une fois la phase d’arrêt terminée, les résultats cellulaires retournent à leur niveau initial, favorisé en partie par un groupage des vêlages à l’automne. » Autre avantage, qui vient s’ajouter au gain de temps : ces deux pratiques permettent une réduction des coûts de production, même en cas de pénalisation momentanée. ■

MISE EN GARDE

La suppression de l'hygiène
avant la traite est à proscrire
en cas de :
■ vaches sales ;
■ présence d'ensilage d'herbe
dans la ration avec couchage
en bâtiment ;
■ plus de 1 000 butyriques ;
■ plaies sur les trayons : dans
ce cas, maintien du pré-trempage
afin de maîtriser les
risques d'infection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière