Aller au contenu principal
Font Size

Hydrocurage
La séparation de phases naturelle, simple et efficace

L´hydrocurage avec séparation de phases naturelle développé par LG Concept permet d´obtenir deux produits : un liquide peu chargé en azote, épandable par irrigation et un fumier composté.


Le système LG Concept de séparation de phases naturelle comprend trois parties : un décanteur primaire, un décanteur secondaire et une fosse géomembrane.
Le décanteur primaire assure la rétention des pailles et des matières solides qui seront ensuite stockées sur une plate-forme pour l´égouttage puis sur une fumière. « Le décanteur permet de fixer l´azote à la partie solide, explique Bernard Hériteau(1). On obtient un fumier moins volumineux et plus concentré, ce qui fait moins de volume à épandre. Il y a aussi moins de perte d´azote sous forme ammoniacale. »
L´oxygénation quotidienne dans le décanteur générée par la vague d´hydrocurage favorise l´évolution de la partie solide qui s´apparente à l´évolution d´un fumier vers un compost. En effet, cette oxygénation permet le développement de bactéries aérobies qui font évoluer la matière organique sans dégager de mauvaises odeurs.
Le décanteur secondaire permet la décantation des matières en suspension, permet de stocker dans la fosse géomembrane un effluent peu chargé qui est réutilisé pour l´hydrocurage.
Le décanteur subit une oxygénation quotidienne qui favorise l´évolution du fumier sans mauvaises odeurs. ©D. Lucas

Des économies de fonctionnement
« Le liquide contenu dans la géomembrane dose environ 0,4 unités d´azote par mètre-cube. On ne retrouve que 10 % de l´azote dans la géomembrane, contre 25 % avec un séparateur mécanique. Selon la réglementation départementale, il est possible d´utiliser ce liquide pour l´irrigation ou alors il faut l´épandre sur prairie avec un asperseur. »
La fumière et la fosse géomembrane ont des dimensions équivalentes à une installation traditionnelle. Cependant certains éleveurs choisissent d´avoir une géomembrane plus grande pour favoriser la dilution par l´eau de pluie de l´effluent qui sera réutilisé pour la chasse d´eau.
Comparé à un système plus traditionnel avec fosse et fumière, l´investissement est identique, voire un peu supérieur avec un petit troupeau, mais il y a un gain important au niveau du coût de fonctionnement.

« C´est un système plus intéressant à partir de 80 VL, précise Bernard Hériteau, car il y a une part de coûts fixes qui est équivalente que l´on ait 50 ou 80 VL. L´hydrocurage peut être installé dans des bâtiments existants, à condition que la modification des pentes ne soit pas trop importante et coûteuse, sinon le système n´est plus intéressant économiquement. »
Il faut également noter que les différentes parties du système (deux décanteurs, fumière et fosse géomembrane) demandent un espace au sol assez important.


(1) Bernard Hériteau est le chef de projet hydrocurage à la société Cadiou Industrie, qui exploite le brevet de Martial et Dominique Legall.
Tél. : 02 98 91 80 52 . www.cadiou-industrie.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière