Aller au contenu principal

La règle de trois

Une étiquette prometteuse.
© J.-M. Nicol

Elle n'est plus toute jeune avec ses quatre lactations derrière elle et son cinquième veau  qu'elle va faire dans la soirée. Et comme elle a fait une fièvre vitulaire l'an dernier l'éleveur lui fait avaler deux grosses gélules contenant du calcium au début du travail. Le vêlage traine un peu en longueur et voilà le veau né, en forme, mais un peu plus tard que prévu. Complémentée de la sorte non pas avec une gélule de calcium comme préconisé par le vendeur mais avec deux, il n'y a sans doute rien à redouter et tout le monde va au lit.

Comateuse !

Le lendemain matin, la vache est comateuse, allongée dans la case. C'est là que j'arrive pour tenter de rétablir la situation. Pendant la perfusion d'un flacon et demi de calcium injectable - car la belle est d'un grand format - nous discutons des raisons de cette déroute. J'avance que peut-être la vache n'a réellement avalé que la première gélule et recraché la deuxième… mais non ! J'avance que peut-être l'assimilation de cette forme de calcium n'est pas assez rapide pour arrêter une fièvre de lait qui est en route avant même l'expulsion du veau et j'avance aussi que peut-être la dose de calcium n'est pas suffisante car disais-je, le minimum serait d'administrer 45 à 50 grammes de calcium élément rapidement assimilable quelques heures avant puis après le vêlage puis encore à intervalles de 8 à 12 heures.

Voilà la boîte devant mes yeux. J'y lis comme vous que le produit en question est "destiné à réduire les déficiences en calcium des vaches laitières au moment du vêlage", que le calcium est issue de "coquilles marines calcaires" et qu'il faut "un bolus avant ou après le vêlage". Oui mais… avec 22% de calcium élément dans un bolus de 55 grammes, il n'y a que 12 grammes de calcium par bolus et celui-là n'est pas particulièrement assimilable. Cherchez l'erreur. Une seule mention me parait valable : "en cas de fièvre vitulaire, contactez votre vétérinaire". Voilà au moins une promesse tenue !

Il en aurait fallu quatre
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière