Aller au contenu principal

La règle de trois

Une étiquette prometteuse.
© J.-M. Nicol

Elle n'est plus toute jeune avec ses quatre lactations derrière elle et son cinquième veau  qu'elle va faire dans la soirée. Et comme elle a fait une fièvre vitulaire l'an dernier l'éleveur lui fait avaler deux grosses gélules contenant du calcium au début du travail. Le vêlage traine un peu en longueur et voilà le veau né, en forme, mais un peu plus tard que prévu. Complémentée de la sorte non pas avec une gélule de calcium comme préconisé par le vendeur mais avec deux, il n'y a sans doute rien à redouter et tout le monde va au lit.

Comateuse !

Le lendemain matin, la vache est comateuse, allongée dans la case. C'est là que j'arrive pour tenter de rétablir la situation. Pendant la perfusion d'un flacon et demi de calcium injectable - car la belle est d'un grand format - nous discutons des raisons de cette déroute. J'avance que peut-être la vache n'a réellement avalé que la première gélule et recraché la deuxième… mais non ! J'avance que peut-être l'assimilation de cette forme de calcium n'est pas assez rapide pour arrêter une fièvre de lait qui est en route avant même l'expulsion du veau et j'avance aussi que peut-être la dose de calcium n'est pas suffisante car disais-je, le minimum serait d'administrer 45 à 50 grammes de calcium élément rapidement assimilable quelques heures avant puis après le vêlage puis encore à intervalles de 8 à 12 heures.

Voilà la boîte devant mes yeux. J'y lis comme vous que le produit en question est "destiné à réduire les déficiences en calcium des vaches laitières au moment du vêlage", que le calcium est issue de "coquilles marines calcaires" et qu'il faut "un bolus avant ou après le vêlage". Oui mais… avec 22% de calcium élément dans un bolus de 55 grammes, il n'y a que 12 grammes de calcium par bolus et celui-là n'est pas particulièrement assimilable. Cherchez l'erreur. Une seule mention me parait valable : "en cas de fièvre vitulaire, contactez votre vétérinaire". Voilà au moins une promesse tenue !

Il en aurait fallu quatre
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière