Aller au contenu principal

La récupération des menues pailles prend de l’ampleur

De plus en plus d’agriculteurs s’intéressent à la récupération des menues pailles. Une journée organisée par le réseau Cuma Ouest a fait le point des techniques disponibles.

LE SYSTÈME
TURBINE, qui
permet de mettre
la menue paille
sur l’andain
ou dans une
remorque est
la solution
qui se développe
le plus.
LE SYSTÈME
TURBINE, qui
permet de mettre
la menue paille
sur l’andain
ou dans une
remorque est
la solution
qui se développe
le plus.
© V. Bargain

«Depuis quelques années, avec les sécheresses, l’augmentation du prix de la paille et le développement de la méthanisation, la récupération des menues pailles séduit de plus en plus d’agriculteurs », souligne le réseau Cuma Ouest. Les menues pailles sont les résidus évacués à l’arrière de la grille supérieure de la moissonneuse lors du nettoyage du grain. Elles sont constituées de débris de paille, des enveloppes des grains, de parties de tiges et de graines d’adventices.

Elles peuvent être récupérées séparément de la paille ou remise sur ou dans l’andain. Il existe trois types de systèmes de récupération.

Trois systèmes de récupération sont disponibles

1er système - Certains sont intégrés à la moissonneuse par le constructeur. C’est le cas du système New Holland CX 5000-6000, qui injecte la menue paille dans l’andain à partir de l’éparpilleur. « Le système est simple, il ne change pas le débit de chantier et l’investissement est limité, constate Olivier Le Guen, de la FRCuma. Il n’est par contre pas possible d’exporter la menue paille et il y a des pertes au sol ».

2e système - Le système qui se développe le plus est le type « turbine » adaptable, à monter sur la moissonneuse. Une vis récupère la menue paille en sortie de grilles et la transfère vers une turbine qui la projette par un tuyau sur l’andain ou dans une remorque (roulant à côté de la moissonneuse ou attelée à celle-ci).

Les sociétés Thierart et Thievin proposent ce type de système. « Le débit de chantier reste inchangé, souligne Olivier Le Guen. L’accès aux grilles est par contre plus difficile et il faut adapter l’hydraulique. Et en cas de dépôt sur l’andain, on ne peut plus le retourner sans perte de menue paille. De plus, ce système est difficilement utilisable sur colza ».

En 2012 et 2013, le réseau Cuma Ouest a suivi des chantiers de récupération de menue paille. Sur les parcelles étudiées, le système turbine a permis de récupérer 9 à 30 % de paille en plus et le système intégré constructeur 8 à 13 % de paille en plus. « Il y a une grande variabilité des résultats selon la culture, la qualité et le rendement en paille, les conditions de récolte, le type de moissonneuse et les réglages ».


3e système - La troisième possibilité, proposée par Thierart, est un caisson dans lequel la menue paille est récupérée en sortie de moissonneuse par une vis qui la transfère dans un caisson monté à l’arrière. La menue paille est vidée en tas en bout de champ puis reprise en vrac ou pressée. Ce système, utilisable sur de nombreuses cultures, offre de meilleurs résultats. « La récupération des graines d’adventices est supérieure. L’investissement est par contre élevé, il faut reprendre les tas et il y a un risque de salissement important sous le tas. »

En 2013 dans les essais, cet équipement a permis de récupérer 926 kg/ha de menues pailles pressées.

Enfin, d’autres systèmes commencent à être développés, comme l’andaineur proposé par Thierart pour les grandes largeurs de coupe, qui dépose la menue paille sur l’andain ou l’éparpille au sol et qui peut aussi récupérer les fanes de maïs. La société développe aussi un godet à monter à l’avant du tracteur pour récupérer la menue paille en tas. Les prix (hors montage) s’élèvent à 15000 € pour un andaineur et 18 000 € pour un godet.

Mais économiquement, la récupération des menues pailles vaut-elle toujours le coup ? « Selon le prix de la paille achetée, le seuil de rentabilité varie de 180 à 260 kg/ha. Étant donné les rendements obtenus en système turbine, la récupération des menues pailles est donc toujours intéressante, sans incidence sur les temps de chantier si la menue paille est remise sur l’andain », estime le technicien.

Un autre avantage tient au déstockage des graines d’adventices et la limitation des relevées« Les suivis montrent que la récupération totale des menues pailles a une incidence sur les relevées de céréales, indique Michel Falchier, de la chambre d’agriculture de Bretagne.Toutefois, l’impact reste minime et ne semble pas permettre de modifier les pratiques de désherbage ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière