Aller au contenu principal

La ration, ce sont les vaches qui en parlent le mieux

La ration devrait marcher et pourtant… Il y a quelque chose qui cloche. Les vaches ne répondent pas comme elles devraient. Pour reprendre la main, contrôlez vos pratiques alimentaires et observez vos animaux.

Deux rations peuvent paraître identiques sur le papier, et donner des résultats très différents.
Deux rations peuvent paraître identiques sur le papier, et donner des résultats très différents.
© F. Mechekour
"Je ne comprends pas. Je n’ai rien changé à la ration et le lait chute dans le tank. » « C’est bizarre, les taux ont décroché par rapport au dernier contrôle, sans raison apparente. » Deux grands classiques en exploitations laitières, qui n’ont pas fini de donner du fil à retordre aux éleveurs. L’alimentation est à l’origine d’une bonne partie des troubles observés en troupeau laitier, même si d’autres facteurs comme le bâtiment ou les pathologies infectieuses peuvent intervenir. 
Pour trouver la source du problème et rectifier le tir, rien de tel qu’un oeil neuf et objectif. C’est l’enjeu des diagnostics d’alimentation. Ils aident parfois à prendre du recul et à ne pas tomber dans la routine. « L’éleveur a l’impression qu’il n’a rien changé à la ration, mais peut-être y a-t-il eu une modification de pratique dont l’enchaînement a pu provoquer un dysfonctionnement alimentaire... », avance Philippe Brunschwig, de l’Institut de l’élevage. 
« En nutrition, on parle de l’équilibre énergie-protéines et du bon taux de fibres et minéraux. Mais ne perdons pas de vue non plus l’ensemble des facteurs qui influencent le comportement alimentaire d’une vache », souligne Thierry Hétreau, rompu à l’observation des Signes de vaches. Sur la même longueur d’ondes, Obsalim, diffusé par les vétérinaires du GIE Zone Verte, part du constat que tout problème alimentaire se reflète sur les animaux à travers leur comportement, leur état et leurs résultats. Les éleveurs qui savent repérer et décrypter les signes émis par les animaux disposent d’un outil intéressant pour piloter l’alimentation au quotidien. 
Aucune ration calculée ne correspond exactement à ce que la vache ingère en pratique. Un calcul de ration sert seulement de base, mais il doit être vérifié et adapté aux condition réelles. DiagAlim, l’audit proposé par l’Institut de l’élevage, se décline à la façon d’un « tour de ferme » exhaustif et sans concession pour réviser plus largement les conditions d’alimentation, sans occulter l’observation des animaux. 
L’outil Visiolait, conçu par Valorex, procède, quant à lui, à un cheminement inverse. Au lieu de regarder les vaches et ce qu’elles mangent, on regarde ce qu’elles produisent. C’est l’analyse de la composition fine du lait qui détermine si la ration est bien valorisée. ■ Emeline Bignon

Sommaire du dossier

Page 80 : L’audit alimentation de l’Institut de l’élevage, Diag Alim, décortique vos pratiques 

Page 88 : Avec Obsalim, des vétérinaires du GIE Zone verte, ajustez l’alimentation en observant les vaches 

Page 92 : La vérité sort aussi de la bouse des vaches - Guide « Signes de vaches»
 
Page 94 : L’efficacité de la ration se lit aussi dans le lait - Visiolait, de Valorex
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière