Aller au contenu principal

La piste des vaccins par voie intra-nasale

Déjà développée en santé humaine, la vaccination par voie intra-nasale ouvre des perspectives intéressantes en bovin.

En médecine vétérinaire, quelques vaccins par voie intra-nasale sont déjà commercialisés.
En médecine vétérinaire, quelques vaccins par voie intra-nasale sont déjà commercialisés.
© J.-C. Gutner

« Les muqueuses représentent les premières lignes de défense contre les agents pathogènes pénétrant dans l’organisme, soulignait Gilles Meyer, de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, lors des journées GTV en mai dernier. Elles jouent un rôle majeur dans la lutte contre les infections localisées, comme les infections respiratoires, digestives ou mammaires. » En santé humaine, la vaccination par voie muqueuse est en plein développement. Elle permettrait en effet d’induire une réponse immune locale forte, bloquant la dissémination de l’agent pathogène aux tous premiers stades de l’infection. Et par ailleurs, les cellules de l’immunité auraient la capacité de migrer entre les différents compartiments d’un même système immunitaire local (du nez aux bronches par exemple) et ainsi d’assurer une protection aux différentes portes d’entrée des pathogènes.
En médecine vétérinaire, quelques vaccins par voie intra-nasale (valences BoHV-1, VRSB ou PI3b) ou digestive sont déjà commercialisés. Ils permettent l’apparition rapide d’une réponse immunitaire locale et générale, entre 5 et 10 jours pour le VRSB et le PI3b. « Sous certaines conditions, cette réponse rapide peut être mise à profit pour vacciner des animaux sains au contact d’animaux infectés lors d’une épizootie », souligne Gilles Meyer. Par ailleurs, la présence d’anticorps d’origine maternelle n’interfère pas avec la réponse immune en anticorps après immunisation par voie intra-nasale avec le VRSB.


Une réponse immunitaire rapide


Seule difficulté : l’utilisation de la voie muqueuse avec des vaccins viraux vivants pourrait théoriquement poser des problèmes d’innocuité chez des animaux en cours d’infection par le virus sauvage. Des possibilités de recombinaison génétique pourraient alors avoir lieu entre le virus vaccinal atténué et le virus sauvage, sans que l’on puisse pour l’instant en déterminer les conséquences. Ce phénomène n’a toutefois encore jamais été observé sur le terrain. « Outre ses qualités intrinsèques, la facilité d’administration du vaccin et l’absence de réaction locale apparaissent comme des points majeurs du succès de la vaccination par voie intra-nasale », estime Gilles Meyer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière