Aller au contenu principal

La nutrigénomique fait ses premiers pas

Nous connaissions la génomique… Voici maintenant venir la nutrigénomique ! Cette nouvelle science étudie comment les nutriments peuvent modifier l’expression des gènes.

L’alimentation animale serait-elle à l’aube d’une révolution ? Déjà au service de la sélection animale, la génomique s’applique aussi à la nutrition. Si elle en est encore à ses balbutiements, la nutrigénomique ouvre des perspectives prometteuses. Cette science permet de mesurer précisément l’impact de l’alimentation sur l’expression des gènes. L’exemple des abeilles se montre parlant. Dans une ruche, toutes les abeilles sont dotées d’un même patrimoine génétique. Pourtant seule l’une d’elles - qui aura la chance de déguster la fameuse gelée royale, miellat particulièrement concentré en oligoéléments, vitamines et acides aminés - deviendra reine et développera des organes reproducteurs. Comme quoi, un apport alimentaire spécifique présente bel et bien une incidence sur l’expression d’un gène ou groupe de gènes.

La nutrigénomique véritable accélérateur de la recherche

Sans renverser les fondements de la nutrition animale, la nutrigénomique va contribuer dans les années qui viennent à découvrir des mécanismes d’action de voie métabolique jusqu’alors insoupçonnés. « Il ne s’agit pas de manipuler les gènes, comme dans le cas des organismes génétiquement modifiés, rassure Bertrand Ménard-Brulé, responsable ruminants chez Alltech France, à l’initiative d’une récente journée sur la nutrigénomique, en partenariat avec Valorial et l’Unceia. Nous cherchons simplement à connaître l’influence de tel ou tel élément nutritif sur l’expression des gènes, et notamment sur ceux qui conditionnent la santé et les performances des animaux. » Comment les chercheurs s’y prennent-ils ? « Ils recourent aux puces à ADN, qui permettent non seulement de vérifier la présence d’un gène mais aussi d’analyser l’impact d’un nutriment sur l’activation ou la désactivation de celui-ci », a expliqué Laurent Journaux de l’Unceia.

Tout se passe à l’échelle cellulaire. Par exemple, plus un nutriment active un gène, plus celui-ci déclenche une synthèse importante de protéine. Et c’est à travers l’intensité de cette synthèse que les chercheurs déduisent l’effet plus ou moins important d’un nutriment sur l’expression de tel ou tel gène. « La nutrigénomique constitue surtout un formidable moyen d’accélérer l’innovation par des avancées plus rapides et moins coûteuses qu’avec les expérimentations classiques sur un nombre important de vaches », poursuit Bertrand Ménard-Brulé. Alltech a investi dans cette technologie en créant le premier centre de recherches dédié à la nutrigénomique animale à Lexington aux États-Unis.

Optimiser le potentiel génétique par une alimentation adaptée

« La nutrigénomique marque un tournant car elle permet d’aboutir à une quantité précise de nutriments à apporter (ni trop ni trop peu), observe Christine Leroux de l’Inra de Theix. Avec à la clé des économies pour les éleveurs et moins de rejets dans l’environnement. » À terme, on peut imaginer qu’il sera possible d’activer la capacité de l’animal à produire plus de lait par une meilleure utilisation des éléments de la ration. Fruit des travaux engagés par Alltech, Actigen et EconomasE « qui permet d’optimiser l’expression des gènes de défense contre le stress oxydatif » sont deux exemples récents de produits issus de la recherche nutrigénomique.

Les microbes du rumen vont aussi y passer

On connaît aujourd’hui le génome du bovin. Mais demain, un nouveau pas sera franchi avec la connaissance du génome des microbes du rumen. Pourquoi faire ? « Pour parvenir, eux aussi, à mieux les ‘alimenter’ et mieux contrôler leurs effets sur la production des ruminents », a expliqué en substance Christine Leroux de l’Inra de Theix. Un vaste programme –MetaRIT- est conduit actuellement pour construire un catalogue de référence du génome du rumen bovin. Les interactions entre la flore gastro-intestinale, le bovin et l’alimentation seront appréhendées en vue d’augmenter l’efficacité alimentaire, la réponse immunitaire, ou encore la diminution des rejets en méthane.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière