Aller au contenu principal
Font Size

La nutrigénomique fait ses premiers pas

Nous connaissions la génomique… Voici maintenant venir la nutrigénomique ! Cette nouvelle science étudie comment les nutriments peuvent modifier l’expression des gènes.

L’alimentation animale serait-elle à l’aube d’une révolution ? Déjà au service de la sélection animale, la génomique s’applique aussi à la nutrition. Si elle en est encore à ses balbutiements, la nutrigénomique ouvre des perspectives prometteuses. Cette science permet de mesurer précisément l’impact de l’alimentation sur l’expression des gènes. L’exemple des abeilles se montre parlant. Dans une ruche, toutes les abeilles sont dotées d’un même patrimoine génétique. Pourtant seule l’une d’elles - qui aura la chance de déguster la fameuse gelée royale, miellat particulièrement concentré en oligoéléments, vitamines et acides aminés - deviendra reine et développera des organes reproducteurs. Comme quoi, un apport alimentaire spécifique présente bel et bien une incidence sur l’expression d’un gène ou groupe de gènes.

La nutrigénomique véritable accélérateur de la recherche

Sans renverser les fondements de la nutrition animale, la nutrigénomique va contribuer dans les années qui viennent à découvrir des mécanismes d’action de voie métabolique jusqu’alors insoupçonnés. « Il ne s’agit pas de manipuler les gènes, comme dans le cas des organismes génétiquement modifiés, rassure Bertrand Ménard-Brulé, responsable ruminants chez Alltech France, à l’initiative d’une récente journée sur la nutrigénomique, en partenariat avec Valorial et l’Unceia. Nous cherchons simplement à connaître l’influence de tel ou tel élément nutritif sur l’expression des gènes, et notamment sur ceux qui conditionnent la santé et les performances des animaux. » Comment les chercheurs s’y prennent-ils ? « Ils recourent aux puces à ADN, qui permettent non seulement de vérifier la présence d’un gène mais aussi d’analyser l’impact d’un nutriment sur l’activation ou la désactivation de celui-ci », a expliqué Laurent Journaux de l’Unceia.

Tout se passe à l’échelle cellulaire. Par exemple, plus un nutriment active un gène, plus celui-ci déclenche une synthèse importante de protéine. Et c’est à travers l’intensité de cette synthèse que les chercheurs déduisent l’effet plus ou moins important d’un nutriment sur l’expression de tel ou tel gène. « La nutrigénomique constitue surtout un formidable moyen d’accélérer l’innovation par des avancées plus rapides et moins coûteuses qu’avec les expérimentations classiques sur un nombre important de vaches », poursuit Bertrand Ménard-Brulé. Alltech a investi dans cette technologie en créant le premier centre de recherches dédié à la nutrigénomique animale à Lexington aux États-Unis.

Optimiser le potentiel génétique par une alimentation adaptée

« La nutrigénomique marque un tournant car elle permet d’aboutir à une quantité précise de nutriments à apporter (ni trop ni trop peu), observe Christine Leroux de l’Inra de Theix. Avec à la clé des économies pour les éleveurs et moins de rejets dans l’environnement. » À terme, on peut imaginer qu’il sera possible d’activer la capacité de l’animal à produire plus de lait par une meilleure utilisation des éléments de la ration. Fruit des travaux engagés par Alltech, Actigen et EconomasE « qui permet d’optimiser l’expression des gènes de défense contre le stress oxydatif » sont deux exemples récents de produits issus de la recherche nutrigénomique.

Les microbes du rumen vont aussi y passer

On connaît aujourd’hui le génome du bovin. Mais demain, un nouveau pas sera franchi avec la connaissance du génome des microbes du rumen. Pourquoi faire ? « Pour parvenir, eux aussi, à mieux les ‘alimenter’ et mieux contrôler leurs effets sur la production des ruminents », a expliqué en substance Christine Leroux de l’Inra de Theix. Un vaste programme –MetaRIT- est conduit actuellement pour construire un catalogue de référence du génome du rumen bovin. Les interactions entre la flore gastro-intestinale, le bovin et l’alimentation seront appréhendées en vue d’augmenter l’efficacité alimentaire, la réponse immunitaire, ou encore la diminution des rejets en méthane.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière