Aller au contenu principal
Font Size

La Nouvelle-Zélande veut profiter du marché mondial

Suzannah Gordon, de l'ambassade de Nouvelle-Zélande : " Les éleveurs sont habitués aux variations de prix. Ils placent les bonnes années, pour passer les mauvaises. "
Suzannah Gordon, de l'ambassade de Nouvelle-Zélande : " Les éleveurs sont habitués aux variations de prix. Ils placent les bonnes années, pour passer les mauvaises. "
© C. Pruilh

" Le prix du lait payé aux producteurs néo-zélandais a baissé de près de 50% entre mars 2014 et janvier 2015. Les éleveurs sont habitués aux variations de prix. Ils placent les bonnes années, pour passer les mauvaises. Mais 2015 sera très difficile pour ceux qui se sont lourdement endettés (50% des dettes sont détenus par 10% des exploitations), a pointé Suzannah Gordon, chef de la mission adjointe à l'ambassade de Nouvelle-Zélande, lors de la journée organisée par la Saf agr'iDées, en janvier dernier, sur les opportunités dans le lait.

Investissements et partenariats en Asie et en Europe

Sur le long terme la filière est optimiste, rappelle Suzannah Gordon. "Nous ne craignons pas la hausse de la production européenne, car nous pensons qu'il y aura une hausse suffisante de la demande mondiale en produits laitiers pour que tout le monde trouve sa place. D'autre part, les néo-zélandais investissent en Europe (partenariat avec des groupes britanniques et irlandais notamment), pour profiter de la hausse de la production européenne." Tout récemment, Fonterra a présenté sa nouvelle usine implantée dans le Nord des Pays Bas. Elle fabriquera 5 000 tonnes de lactosérum et 25 000 tonnes de lactose par an. Cette usine d'ingrédients est la première en Europe à appartenir en totalité au groupe Fonterra. Elle a été construite à côté d'une fromagerie de A-Ware Food Group, qui a travaillé en partenariat avec Fonterra sur ce projet.

En effet, en Nouvelle-Zélande, les contraintes environnementales et la disponibilité en terres limiteront le développement de l'élevage laitier. C'est pourquoi, les éleveurs cherchent à développer la valeur ajoutée, et les industriels investissent à l'étranger. Fonterra achète plus en Europe (lactosérum, concentrés de protéine) qu'elle n'y vend de produits laitiers. Les transformateurs néo-zélandais investissent en Chine (production laitière, transformation), et ailleurs dans le monde."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière