Aller au contenu principal

La nouvelle formule de prix Sunlait en test

Un prix à 335 €/1000 l sur le troisième trimestre. C'est ce à quoi aboutit la nouvelle formule de calcul qui prend davantage en compte le mix produit Savencia. 

Denis Berranger et Marie-Laure Bechepois, de l'AssOP Sunlait (au centre) : "La formule est soumise à expertise".
© C. Pruilh

Sunlait, l'association de douze OP Savencia, négocie depuis plusieurs mois une nouvelle formule de calcul du prix du lait avec le transformateur. Les grandes lignes sont définies, mais avant de signer, la formule est soumise à expertise. "En attendant, le prix est quand même fixé avec cette formule, ce qui donne 335 €/1000 l de prix de base 38-32 pour le troisième trimestre, en moyenne nationale", indiquent Denis Berranger et Marie-Laure Bechepois, de l'AssOP Sunlait. Côté volumes, cette année, chaque OP peut faire 5% de plus en volume. Cette décision a été prise au mois de juin, en réaction à la sous-réalisation observée dans les douze OP, même celles de l'Ouest, traditionnellement sur réalisatrices.

Une référence à l'indicateur Milc

Pour l'AssOP, l'objectif de la nouvelle formule est d'atténuer la volatilité, de mieux rémunérer le lait, de mieux coller au mix produit de l'entreprise et d'être plus réactif aux signaux des marchés. La formule intègre des indices publiés par l'Insee de prix de vente industriel (PVI) pour le beurre, la crème et quelques fromages. Il y a aussi un indice fromages export et un indice produits industriels du Cniel. Deux tunnels ont été prévus : un indicateur France-Allemagne pour sécuriser l'entreprise et un indicateur de marge Milc pour sécuriser les producteurs. "Il n'y a ni plancher ni plafond, c'est une prise en compte de 50% de ces indicateurs, pour éviter les prix très élevés ou très bas. Une simulation réalisée sur une moyenne de cinq ans montre que l'on descend rarement sous 300 €/1000 l et en tout cas qu'on ne descend pas à 280-260 €", détaillent les deux responsables Sunlait.

L'AssOP Sunlait travaille aussi à améliorer la valeur qui revient aux éleveurs. "Avec Sunlait confiance, l'idée est de prendre en main notre image, de dire et de faire valoir ce que nos élevages font déjà de bien, et que cette valeur revienne aux producteurs", résume Marie-Laure Bechepois. Présente dans un des ateliers des États généraux de l'alimentation, l'AssOP souhaite un dispositif permettant de renforcer le poids des OP, comme l'amélioration de l'accès aux financements ou la création d'une fédération nationale d'OP en vue notamment d'une représentation au Cniel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière