Aller au contenu principal

Astreinte
La monotraite pour alléger le travail

La suppression d´une traite par jour pendant huit semaines n´a pas perturbé les vaches du troupeau. La production laitière a baissé de l´ordre de 20 % mais les taux ont augmenté.


Pointes de travail au printemps, envie de disposer de plus de temps libre. la monotraite est une solution envisageable pour diminuer l´astreinte de la traite. Cette pratique est d´autant plus attrayante que la traite représente « plus de 50 % du travail d´astreinte », souligne Jean-Michel Lamy, conseiller d´entreprise à la Chambre d´agriculture du Maine et Loire.
Une adaptation très rapide des animaux
Afin de mesurer ses conséquences technico-économiques, un essai a été réalisé au printemps 2003. Deux lots de 26 Prim´Holsteins ont participé à cette expérimentation. Lors du passage à une traite, les animaux avaient en moyenne 5,8 mois de lactation. Pour le lot une traite (lot 1), la suppression de la traite quotidienne a duré 8 semaines. Le « lot 2 » a servi de témoin. Les vaches étaient au pâturage et recevaient en complément de l´ensilage de maïs.
Première conclusion rassurante : l´adaptation au nouveau rythme de traite a été très rapide. « En trois à quatre jours, toutes les vaches étaient habituées », souligne Jean-Michel Lamy, responsable de cette expérimentation. « Nous n´avons pas observé de changement de comportement des vaches du lot 1 au pâturage lorsqu´on allait le soir chercher dans une parcelle voisine celles du lot témoin pour les traire. »

La production laitière a baissé de l´ordre de 20 % dans le lot 1. Ce résultat est cohérent avec ceux déjà observés aux Trinottières ou publiés par l´Inra. Quatre semaines après le retour à deux traites, un effet rémanent mais faible (-3 %) a subsisté. « Cet effet est plus marqué lorsque les vaches sont en début de lactation », prévient Jean-Michel Lamy.
De fait, un précédent essai portant sur l´arrêt d´une traite pendant cinq semaines a montré que « la perte de production lors de la reprise des deux traites est très marquée ( -11 %) pour les vaches en tout début de lactation (moins de 2,5 mois) et pratiquement nulle (-1 %) pour les vaches en milieu de lactation ».
Dans le lot 1, le TB a légèrement augmenté (+0,4 g/l). Cet écart s´est maintenu après le rétablissement de deux traites par jour. L´impact sur le taux protéique a été important (+1,8 g/kg de lait dans le lot 1). Il s´est légèrement contracté tout en restant significatif (+1,1 g/kg) trois semaines après le retour à deux traites. « Les comptages cellulaires n´ont pas significativement augmenté dans le lot 1. »

26 vaches à 5,8 mois de lactation
Ce résultat rassurant doit être cependant relativisé. Ce phénomène pourrait s´expliquer par un niveau de départ faible (75 000 cellules/ml). Lors de l´été 2004, le troupeau a connu une flambée de cellules après le passage à une traite par jour. Un phénomène que Richard Landelle, le responsable des Trinottières, explique par la conjonction de deux facteurs aggravants. « Les animaux étaient en fin de lactation (stade moyen de 8,5 mois) et sur une parcelle qui leur servait uniquement de parc. » Globalement, « le passage à une traite par jour n´a pas eu de répercussions économiques », selon Jean-Michel Lamy qui préconise cependant « de ne pas dépasser deux mois pour limiter l´impact sur les effectifs d´animaux et d´être très motivé au départ. »
Source : Ferme expérimentale des Trinottières- Institut de l´élevage.

Pour en savoir plus
Ce thème est un des trois sujets majeurs qui seront développés aux journées Portes ouvertes de la Ferme expérimentale des Trinottières à Montreuil-sur-Loir dans le Maine-et-Loire, les 15 et 16 juin 2005. La station proposera ainsi des solutions concrètes pour diminuer le travail d´astreinte, développer l´autonomie alimentaire ou réaliser une mise aux normes économe.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
La hausse du prix du lait attendue pour 2021, de 13 à 15 €/1 000 l, sera sans doute insuffisante pour couvrir la hausse des charges.
La filière laitière réclame des hausses de tarif vitales
Pour couvrir la hausse des charges, le prix du lait n'augmente pas assez. Laiteries, syndicats, fabricants... appellent les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière