Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Astreinte
La monotraite pour alléger le travail

La suppression d´une traite par jour pendant huit semaines n´a pas perturbé les vaches du troupeau. La production laitière a baissé de l´ordre de 20 % mais les taux ont augmenté.


Pointes de travail au printemps, envie de disposer de plus de temps libre. la monotraite est une solution envisageable pour diminuer l´astreinte de la traite. Cette pratique est d´autant plus attrayante que la traite représente « plus de 50 % du travail d´astreinte », souligne Jean-Michel Lamy, conseiller d´entreprise à la Chambre d´agriculture du Maine et Loire.
Une adaptation très rapide des animaux
Afin de mesurer ses conséquences technico-économiques, un essai a été réalisé au printemps 2003. Deux lots de 26 Prim´Holsteins ont participé à cette expérimentation. Lors du passage à une traite, les animaux avaient en moyenne 5,8 mois de lactation. Pour le lot une traite (lot 1), la suppression de la traite quotidienne a duré 8 semaines. Le « lot 2 » a servi de témoin. Les vaches étaient au pâturage et recevaient en complément de l´ensilage de maïs.
Première conclusion rassurante : l´adaptation au nouveau rythme de traite a été très rapide. « En trois à quatre jours, toutes les vaches étaient habituées », souligne Jean-Michel Lamy, responsable de cette expérimentation. « Nous n´avons pas observé de changement de comportement des vaches du lot 1 au pâturage lorsqu´on allait le soir chercher dans une parcelle voisine celles du lot témoin pour les traire. »

La production laitière a baissé de l´ordre de 20 % dans le lot 1. Ce résultat est cohérent avec ceux déjà observés aux Trinottières ou publiés par l´Inra. Quatre semaines après le retour à deux traites, un effet rémanent mais faible (-3 %) a subsisté. « Cet effet est plus marqué lorsque les vaches sont en début de lactation », prévient Jean-Michel Lamy.
De fait, un précédent essai portant sur l´arrêt d´une traite pendant cinq semaines a montré que « la perte de production lors de la reprise des deux traites est très marquée ( -11 %) pour les vaches en tout début de lactation (moins de 2,5 mois) et pratiquement nulle (-1 %) pour les vaches en milieu de lactation ».
Dans le lot 1, le TB a légèrement augmenté (+0,4 g/l). Cet écart s´est maintenu après le rétablissement de deux traites par jour. L´impact sur le taux protéique a été important (+1,8 g/kg de lait dans le lot 1). Il s´est légèrement contracté tout en restant significatif (+1,1 g/kg) trois semaines après le retour à deux traites. « Les comptages cellulaires n´ont pas significativement augmenté dans le lot 1. »

26 vaches à 5,8 mois de lactation
Ce résultat rassurant doit être cependant relativisé. Ce phénomène pourrait s´expliquer par un niveau de départ faible (75 000 cellules/ml). Lors de l´été 2004, le troupeau a connu une flambée de cellules après le passage à une traite par jour. Un phénomène que Richard Landelle, le responsable des Trinottières, explique par la conjonction de deux facteurs aggravants. « Les animaux étaient en fin de lactation (stade moyen de 8,5 mois) et sur une parcelle qui leur servait uniquement de parc. » Globalement, « le passage à une traite par jour n´a pas eu de répercussions économiques », selon Jean-Michel Lamy qui préconise cependant « de ne pas dépasser deux mois pour limiter l´impact sur les effectifs d´animaux et d´être très motivé au départ. »
Source : Ferme expérimentale des Trinottières- Institut de l´élevage.

Pour en savoir plus
Ce thème est un des trois sujets majeurs qui seront développés aux journées Portes ouvertes de la Ferme expérimentale des Trinottières à Montreuil-sur-Loir dans le Maine-et-Loire, les 15 et 16 juin 2005. La station proposera ainsi des solutions concrètes pour diminuer le travail d´astreinte, développer l´autonomie alimentaire ou réaliser une mise aux normes économe.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Repérez-vous les vaches à cellules avec Génocellules ?
Proposé par Seenergi et des distributeurs, le service GénoCellules permet de dénombrer les comptages cellulaires de chaque vache…
Vignette
Elevage laitier et temps libre : « Nous ne voulons pas être absorbés par notre travail »
Au Gaec Lusanbio, en Loire-Atlantique, les associés ont mis en place un système leur permettant de bénéficier d'un maximum de…
Vignette
« Notre outil de monitoring nous met la puce à l’oreille ! »
Dans la Manche, le Gaec du Vivier a investi dans un outil de monitoring pour gérer, sans y passer trop de temps, la reproduction…
Evolution publie deux nouveaux index de santé du pied
Grâce au projet Génosanté, les races Holstein et Pie Rouge disposent des index Résistance aux lésions…
Quand arrive l’heure du vêlage
Bovins Viande
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
Tuberculose bovine : les populations de blaireaux suivies au cas par cas
Bovins Viande
L’Anses a publié le 1er octobre 2019 un avis faisant le point sur les mesures de lutte contre la tuberculose bovine dans la faune…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière