Aller au contenu principal

Redistribution sur la campagne 2011-2012
La mobilité des quotas fait ses premiers pas

Au terme de sa première année de fonctionnement, la gestion des quotas par bassin a permis à 1% du volume national de changer de département: 0,6% à l'intérieur du bassin et 0,4% à destination d'un autre bassin.

© Réussir Lait

Le mouvement est amorcé même s'il reste timide. On commence à mettre du lait là où l'on pense qu'il sera majoritairement produit. C'est ce que montre le bilan définitif de la première campagne de redistribution régionalisée des quotas présenté par FranceAgriMer lors d'une conférence au Space le 12 septembre dernier.


« La redistribution a davantage été ciblée sur les producteurs en mesure d'optimiser leur production: 80 % des volumes redistribués gratuitement l'ont été vers des producteurs produisant pleinement leur quota (1) (58%), des récents investisseurs (2) (5%) ou des jeunes agriculteurs (17%)", a souligné Frédéric Douel de FranceAgrimer.


"Au total, un quart des volumes redistribués (gratuits et payants) ont quitté leur département d'origine, soit pour un département du même bassin (141millions de litres ; 0,6% du quota national), soit pour un autre bassin (96millions de litres ; 0,4% du quota national). »


Cette gestion régionalisée a par ailleurs permis une « harmonisation notamment en matière de politique d'installation laitière : désormais, les jeunes, quel que soit leur département, obtiennent une attribution de quotas selon des critères et des modalités harmonisées au niveau du bassin ».


Il reste toutefois des écarts importants entre bassins : ainsi un jeune qui s'installe dans l'Ouest récupère 44 000 litres de quota, et en Poitou-Charentes 105000 litres, la moyenne des 1969 jeunes bénéficiaires se situant à 59 000 litres.


170 millions de litres dirigés vers les bassins Grand Ouest et Normandie


Le véritable changement de cette campagne a été la volonté d'harmoniser la redistribution entre régions, en dirigeant la hausse de 1% du quota national vers les bassins avec peu de quotas libérés, autrement dit les plus laitiers.


Cette répartition a permis de remonter le taux de redistribution des bassins à faible disponibilité interne à 2,6% (ratio volume redistribuable quota bassin). Quatre des neuf bassins ont véritablement bénéficié de cette mesure d'ajustement dont deux ont plus que doublé leurs ressources : le Grand Ouest est passé de 1,1% à 2,6%, et la Normandie de 1,2% à 2,6% en récupérant respectivement 119 et 51 millions de litres. Le Grand Est a obtenu 44 millions de litres, le Nord- Picardie 29 millions de litres et le Sud- Est 1,2 million de litres. Les volumes récupérés par l'Auvergne-Limousin (1,4 million de litres) et le Sud-Est (1,2 million de litres) sont anecdotiques.

La redistribution « payante » (TSST)


- Le pourcentage de bénéficiaires de la redistribution « payante » varie de 0,1 % dans le Sud-Ouest à 36 % dans le Grand Ouest. Il est de 29 % en Nord-Picardie, 17 % dans le Grand-Est, 14 % en Normandie, 5 à 8 % ailleurs.


- Le volume de quota varie de 5 700 litres dans le Grand Ouest à 70 000 litres dans le Centre. Il est de 57 000 litres en Charentes-Poitou, 32 000 litres dans le Sud-Est, 21 000 litres en Auvergne Limousin, 16 000 litres dans le Grand-Est, et autour de 11 000 litres ailleurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière