Aller au contenu principal
Font Size

Redistribution sur la campagne 2011-2012
La mobilité des quotas fait ses premiers pas

Au terme de sa première année de fonctionnement, la gestion des quotas par bassin a permis à 1% du volume national de changer de département: 0,6% à l'intérieur du bassin et 0,4% à destination d'un autre bassin.

© Réussir Lait

Le mouvement est amorcé même s'il reste timide. On commence à mettre du lait là où l'on pense qu'il sera majoritairement produit. C'est ce que montre le bilan définitif de la première campagne de redistribution régionalisée des quotas présenté par FranceAgriMer lors d'une conférence au Space le 12 septembre dernier.


« La redistribution a davantage été ciblée sur les producteurs en mesure d'optimiser leur production: 80 % des volumes redistribués gratuitement l'ont été vers des producteurs produisant pleinement leur quota (1) (58%), des récents investisseurs (2) (5%) ou des jeunes agriculteurs (17%)", a souligné Frédéric Douel de FranceAgrimer.


"Au total, un quart des volumes redistribués (gratuits et payants) ont quitté leur département d'origine, soit pour un département du même bassin (141millions de litres ; 0,6% du quota national), soit pour un autre bassin (96millions de litres ; 0,4% du quota national). »


Cette gestion régionalisée a par ailleurs permis une « harmonisation notamment en matière de politique d'installation laitière : désormais, les jeunes, quel que soit leur département, obtiennent une attribution de quotas selon des critères et des modalités harmonisées au niveau du bassin ».


Il reste toutefois des écarts importants entre bassins : ainsi un jeune qui s'installe dans l'Ouest récupère 44 000 litres de quota, et en Poitou-Charentes 105000 litres, la moyenne des 1969 jeunes bénéficiaires se situant à 59 000 litres.


170 millions de litres dirigés vers les bassins Grand Ouest et Normandie


Le véritable changement de cette campagne a été la volonté d'harmoniser la redistribution entre régions, en dirigeant la hausse de 1% du quota national vers les bassins avec peu de quotas libérés, autrement dit les plus laitiers.


Cette répartition a permis de remonter le taux de redistribution des bassins à faible disponibilité interne à 2,6% (ratio volume redistribuable quota bassin). Quatre des neuf bassins ont véritablement bénéficié de cette mesure d'ajustement dont deux ont plus que doublé leurs ressources : le Grand Ouest est passé de 1,1% à 2,6%, et la Normandie de 1,2% à 2,6% en récupérant respectivement 119 et 51 millions de litres. Le Grand Est a obtenu 44 millions de litres, le Nord- Picardie 29 millions de litres et le Sud- Est 1,2 million de litres. Les volumes récupérés par l'Auvergne-Limousin (1,4 million de litres) et le Sud-Est (1,2 million de litres) sont anecdotiques.

La redistribution « payante » (TSST)


- Le pourcentage de bénéficiaires de la redistribution « payante » varie de 0,1 % dans le Sud-Ouest à 36 % dans le Grand Ouest. Il est de 29 % en Nord-Picardie, 17 % dans le Grand-Est, 14 % en Normandie, 5 à 8 % ailleurs.


- Le volume de quota varie de 5 700 litres dans le Grand Ouest à 70 000 litres dans le Centre. Il est de 57 000 litres en Charentes-Poitou, 32 000 litres dans le Sud-Est, 21 000 litres en Auvergne Limousin, 16 000 litres dans le Grand-Est, et autour de 11 000 litres ailleurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière