Aller au contenu principal

"La marque du consommateur" se lance

51 exploitations de l'Ain fourniront le lait qui portera cette marque définie par les consommateurs. La LSDH conditionnera le lait et Carrefour le commercialisera.

"La marque du consommateur" porte bien son nom. Ce sont les consommateurs qui décident du cahier des charges de cette marque. Mais comment ça marche ? Nicolas Chabanne, président des Gueules cassées, une association anti-gaspillage alimentaire, et Laurent Pasquier, créateur de Mesgouts.fr, ont créé un site internet https://lamarqueduconsommateur.com, pour fédérer une communauté de consommateurs sur internet et les réseaux sociaux autour de "La marque du consommateur".

La brique de lait UHT demi-écrémé sera le premier produit testé. Sur le site internet, il y a un questionnaire à remplir pour former le cahier des charges de ce lait. Un des paris est que le consommateur est prêt à payer pour rémunérer "au juste prix le producteur" et pour une qualité nutritionnelle supérieure. C'est instructif : quand vous répondez aux questions vous voyez l'effet de vos attentes sur le prix de vente en magasin de la brique de lait.

Le consommateur veut des vaches qui pâturent

"6 000 consommateurs ont répondu au questionnaire. Ils ont voté en faveur d'une rémunération qui permet au producteur de se faire remplacer et de profiter de temps libre. Pour des vaches allant au pâturage entre trois et six mois. Et pour des fourrages locaux, ainsi qu'une alimentation garantie sans OGM. Le prix de vente au consommateur sera donc de 0,99 euro/l. Le retour aux producteurs sera autour de 0,39 euro/l", détaille Nicolas Chabanne. 

Au jour où nous mettions sous presse (20 septembre), le lancement de la brique était prévu pour fin octobre. La Laiterie Saint Denis de l'hôtel le conditionnera et Carrefour le commercialisera.

"Le lait sera issu de 51 exploitations de l'Ain, constituées en coopérative. Elles sont collectées par la LSDH depuis le 19 septembre. Je connaissais ces exploitations (ex-URCVL) et leurs difficultés financières. Maintenant, il faut que les consommateurs jouent le jeu. Plus ils achèteront ce lait, mieux les producteurs seront payés. Car seuls les volumes commercialisés sous "La marque du consommateur " seront payés 390 euros/1000 l aux éleveurs. Le reste du lait de la coopérative sera payé aux conditions générales de la LSDH", précise Philippe Leseure, directeur de la LSDH.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière