Aller au contenu principal

Monotraite et bien-être des vaches
La mamelle s´adapte en cours de lactation

Le passage à une traite par jour en début de lactation entraîne un léger inconfort dû à l´état mammaire, qui s´estompe au cours de la lactation.


Deux essais, menés à la ferme expérimentale de Trévarez(1) dans le Finistère, ont porté sur les effets de la monotraite (une traite par jour) sur le bien-être des vaches laitières. Les essais, conduits sur toute la lactation, ont montré qu´au cours des premiers mois de monotraite, les vaches laitières ressentent un léger inconfort, dû à une pression mammaire plus importante. Puis les vaches s´adaptent à ce nouveau rythme, plus ou moins rapidement, selon que leur mamelle est apte à garder une grande quantité de lait ou pas.
D´autre part, les vaches s´adapteraient plus rapidement à la monotraite quand elles sont au pâturage que quand elles sont en bâtiment. « Ceci reste à confirmer et à expliquer par de nouvelles observations », précise Anne Brulé, de l´Institut de l´élevage.

En monotraite, l´activité des vaches se décale
Le premier essai, en bâtiment, a couru de septembre 2001 à juin 2002 (vêlage d´automne). Pour le deuxième, démarré en février 2003 (vêlage de printemps), les vaches étaient au pâturage. « On s´est aperçu que les animaux décalaient leurs activités dans la journée, particulièrement en début de lactation. A cause de la pression mammaire, les vaches traites une fois par jour se couchent moins avant la traite du matin que les vaches traites deux fois. Après la traite du matin, fatiguées, les vaches monotraites se couchent au lieu d´aller manger. Elles vont manger au moins une heure plus tard que les vaches traites deux fois. En cours de lactation, ce décalage s´estompe sans disparaître totalement. Au pâturage, le décalage est moindre. On l´explique par le fait que la prairie est un sol plus moelleux que des logettes », détaille Anne Brulé.
L´observation des activités a surpris les chercheurs : « Les vaches traites une fois par jour avaient plus de contacts (se grattaient, se léchaient) que celles traites deux fois, notamment au pâturage. On suppose que la suppression d´une traite engendre le besoin d´une activité supplémentaire ».

Pour les deux essais, après un à deux mois de monotraite, des observations ont porté sur l´agitation en salle de traite, pendant le nettoyage, la pose des griffes et la traite. « Dans l´essai en bâtiment, l´agitation du lot monotraite était plus importante que celle du lot deux traites. Par contre, au pâturage, aucune différence entre les deux lots n´a été constatée », indique Anne Brulé.
Les mamelles du lot monotraite sont plus dures que celles du lot deux traites en tout début de lactation. Cette différence persiste au deuxième et troisième mois de lactation dans l´essai en bâtiment, mais pas dans celui au pâturage. De même, en bâtiment, les pertes de lait sont plus fréquentes dans le lot monotraite même après un ou deux mois de traitement, alors qu´au pâturage cette différence n´est plus observable après un ou deux mois. « On peut supposer qu´au pâturage, le fait que les vaches fassent plus d´exercice et de déplacements a un impact positif sur la tension mammaire ». Enfin, Anne Brulé conseille, pour améliorer la capacité d´adaptation des vaches, de sélectionner les animaux dont la mamelle a une bonne capacité de rétention du lait.



(1) Les deux essais ont été menés par l´Institut de l´élevage et l´EDE de la Chambre d´agriculture du Finistère.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
L'accord n'est pas contraignant pour l'OP : depuis deux ans, le volume global de l'OPLGO affiche une sous-réalisation de la référence de 4 %.
Lactalis teste le volume collectif avec l'OPLGO
L'accord conclu entre l'Organisation de producteurs de lait Grand Ouest (OPLGO) et Lactalis montre l'évolution du transformateur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière