Aller au contenu principal

La luzerne enrubannée fait aussi bien que la luzerne déshydratée

Le coût de revient de l'enrubanné serait plus faible que celui de la luzerne déshydratée, avantage qui se combinerait à une meilleure efficacité alimentaire.
Le coût de revient de l'enrubanné serait plus faible que celui de la luzerne déshydratée, avantage qui se combinerait à une meilleure efficacité alimentaire.
© J.-C. Gutner

Utilisée à hauteur de 15 % dans la ration des vaches laitières, la luzerne enrubannée brins courts assure une production laitière et des taux équivalents aux résultats obtenus avec de la luzerne déshydratée brins longs. Tel est le résultat d’un récent essai publié aux 3R et réalisé au lycée agricole de Fontaines en Saône-et-Loire, sur deux lots de 31 Montbéliardes en phase descendante de lactation pendant deux mois. La ration était composée d’ensilage de maïs (45 %) et d’herbe (7 %), de tourteau de colza (21 %), de blé (6 %) et de maïs (4 %), plus 65 g d’urée ajoutés pendant la seconde moitié de l’essai. La luzerne a été distribuée à hauteur de 15 % de la ration. Elle provenait d’une même parcelle en 3e coupe et a été récoltée dans les mêmes conditions, au stade bourgeonnement, avec une valeur en protéines brutes de 171 g/kg (enrubannage) et 172 g/kg (déshy).

L’efficacité alimentaire semble améliorée avec l’utilisation de la luzerne enrubannée, vu la plus faible ingestion enregistrée (22,8 kg/VL/j pour le lot déshy contre 22,2 kg/VL/j le lot enrubannage). Combinée à un coût de revient plus faible de l’enrubanné, cette meilleure efficacité alimentaire permet de réduire le coût de la ration. Il s’élève à 3,76 €/VL avec la luzerne déshydratée contre 3,30 €/VL avec la luzerne enrubannée. L’état corporel s’est amélioré de 0,4 point pour le lot déshy alors qu’il est resté stable pour le lot enrubannage. Le ratio omega 6/omega 3 mesuré dans le lait n’a pas été impacté.

Les auteurs de l’étude rappellent qu’« il est nécessaire de récolter la luzerne à un stade de maturité précoce assurant un rapport feuilles/tiges élevé ainsi qu’une bonne digestibilité. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière