Aller au contenu principal

La LSDH vise à terme la moitié de laits de filières

Dans le Centre, la Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel multiplie les contrats de laits régionaux ou différenciés. Elle vient de signer un deuxième contrat tripartite.

Après Auchan, c’est avec Lidl France que la laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH) a signé cet été un deuxième contrat tripartite pour trois ans. « Ce contrat qui lie la laiterie, l’enseigne de distribution et l’APLBC (association des producteurs de lait du bassin Centre) repose avant tout sur la transparence entre les trois parties », souligne Philippe Leseure, directeur filières de la LSDH. Le lait sous contrat Lidl est un lait identifié régional et représente la fourniture de deux entrepôts de l’enseigne sous marque de distributeur. Contrairement aux volumes de lait sous contrat Auchan (1), il ne répond pas à un cahier des charges particulier et n’est pas lié à des producteurs engagés dans une démarche d’amélioration continue.

Un lait identifié régional avec Lidl France

Le prix payé repose sur les indicateurs Cniel des six derniers semestres et prend en compte l’indice Ipampa alimentation publié tous les mois : le coût de l’alimentation ne peut dépasser 30 % du prix du lait. L’accord contractuel prévoit également un tunnel de 30 euros par rapport aux indicateurs Cniel du mois. Reste qu’avec les indicateurs actuels, autour de 250€/1000 litres, le prix ne devrait en théorie pas être supérieur à 280 € sur le dernier semestre. « Nos relations basées sur la confiance et la transparence font que nous payons le lait actuellement 300€. L’objectif de ce type de contrat est de réduire les écarts de prix liés à la volatilité du marché mondial, en payant un peu plus les années difficiles et un peu moins les bonnes années. Mais au global sur plusieurs années, le prix du lait ne sera pas très différent », reconnaît-il.
D’autres projets sont dans les cartons de la LSDH et d’autres contrats tripartites devraient voir le jour. « À terme, tous les laits de filières pourront représenter la moitié de notre lait, affirme Philippe Leseure. La laiterie a déjà d’autres partenariats à son actif : avec Biolait et système U depuis 2011 sur du lait bio, avec Monoprix, McDonald’s, Faire France depuis 2014 sur du lait équitable. Depuis le 1er septembre, elle conditionne aussi du lait sous la marque Ile de France commercialisé par Intermarché ; ce lait provient de fermes des Yvelines. Et c’est également du lait de la LSDH que l’on devrait trouver mi-octobre dans les briques C’est qui le patron ?, une marque qui répond à un cahier des charges d’un nouveau genre, non pas prédéfini par les marques ou les distributeurs, mais directement par les consommateurs (voir p….).


Une répercussion sur l’ensemble des producteurs de la laiterie

« Le marché est compliqué. Nous essayons de nous différencier de plusieurs façons, avec des laits régionaux, des laits différenciés par des critères de bien-être animal, ou des critères d’alimentation, ou d’autres critères qui sont encore en cours de réflexion. » Pour développer ces laits de filières, l’entreprise a un gros atout : son premier métier qui est le conditionnement (elle conditionne pas moins de 1300 matières premières alimentaires (laits, jus de fruits…)). Elle a investi ces dernières années pour se diversifier près de 100 millions d’euros dans de nouvelles lignes de conditionnement et un hangar de stockage. « La défense du lait régional demeure une valeur forte de l’entreprise. »
La plus-value apportée par les laits de filières est répartie sur l’ensemble des producteurs de la laiterie. Elle reste pour le moment limitée à 5 €/1000 litres. Vient s’ajouter environ 1€/1000 litres pour les producteurs engagés dans une démarche liée à des exigences particulières, ce qui correspond à une indemnisation pour le temps passé. Pour 2016, le prix de base payé par la LSDH devrait se situer entre 300 et 310€/1000 litres.

(1) Pour Auchan : exigences de bien-être avec notamment une obligation de pâturage pour au moins une partie des animaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière